« Créer une plateforme où des utilisateurs pourraient mettre en ligne, partager et regarder des vidéos ». Quelle idée de génie dénichée par les trois fondateurs de la plateforme internationale de partage de vidéos. Il y a seulement 12 ans, trois employlés de Paypal, Chad Hurlery, Steve Chen et Jawed Karim décident de mettre à profit leur compétence et d’ériger une plateforme devenue aujourd’hui un véritable empire vidéo.
La plateforme dépasse le milliard d’utilisateurs actifs mensuels et fait indéniablement parti de notre quotidien puisqu’il ne se passe pas un jour sans que nous ou quelqu’un de notre entourage ne regarde une vidéo sur Youtube! Depuis sa création en 2005, la start-up n’a cessé d’évoluer, provoquant une véritable révolution dans le monde numérique.

Avec un milliard d’heures d’images visionnées par jour, 100 000 années seraient nécessaires à un seul individu pour regarder ce nombre d’heures de vidéos.


Du Zoo de San Diego à un véritable empire vidéos

L’aventure commence lorsque trois employés de Paypal décident ensemble de créer un site web de partage de vidéos. Celui-ci permettrait aux utilisateurs d’envoyer, évaluer, regarder ou encore commenter des vidéos postées par d’autres utilsateurs.

Le 14 février 2005 à 21h13, alors que certains célèbrent la Saint-Valentin, les trois prodiges instituent le nom de domaine « www.youtube.com » de leur start-up, annonçant donc la création de YouTube. La première vidéo intitulée Me at the Zoo est mise en ligne le 23 avril par l’un des co-fondateurs, Jawed Karim, depuis le Zoo de San Diego.

En octobre 2005, la plateforme possède déjà plusieurs playlists et différentes fonctions pour faciliter son utilisation. L’amélioration des fonctionnalités du site est l’une des principales préoccupations. Au bout du compte, le résultat est au rendez-vous et l’été 2006 marque une étape clé pour la jeune entreprise. Durant cet été là, YouTube enregistre la plus forte croissance sur le World Wide Web. En moins d’un an, YouTube accueille plus de 65 000 nouveaux téléchargements et enregistre déjà plus de 20 millions de visiteurs par jour. Le magazine Time lui décerne la récompense de « Person of the Year ».

Un avenir florissant tend les bras à la firme. Les entreprises Sequoia et Artis consolident les finances de YouTube dès 2005 avec un apport de 11,5 millions de dollars. La start-up se développe à grande vitesse et ne cesse de faire parler d’elle. En juin 2006, YouTube annonce un partenariat marketing et publicitaire avec la chaine NBC puis CBS.

Le géant Google flaire rapidement le potentiel de la start-up. Susan Wojcicki, chargée de Google vidéo à cette époque, n’a pas de mal à convaincre les administrateurs de faire l’acquisition de leur principal concurrent. Le 9 octobre 2006, Google annonce le rachat de YouTube pour la somme de 1,65 milliards de dollars. Malgré le rachat, la plate-forme décide néanmoins de rester indépendante. Il faut attendre novembre 2011 pour que YouTube soit directement intégré à Google+.

La fabuleuse croissance de YouTube est favorisée par la diffusion sur le site internet des vidéos gratuites, des débats présidentiels américains durant lesquels les candidats répondent aux questions soumises par YouTube. Tout au long de sa croissance, YouTube récompense ses meilleurs utilisateurs, notamment avec le « YouTube Awards » crée en 2007. En 2010, la firme met en place un service de location de films en ligne, actuellement disponible aux utilisateurs américains, canadiens et britanniques. Cette même année, ComScore annonce que YouTube est le principal fournisseur de vidéo en ligne aux USA avec plus de 14 milliards de vidéos. Depuis 2010, YouTube est le troisième site le plus visité sur Internet après Google et Facebook. L’interface du site internet est disponible dans 89 pays à travers le monde. Avec plus d’un milliard d’utilisateurs actifs par mois, YouTube est donc devenu incontournable pour beaucoup d’entre nous.

YouTube: L’empire vidéos

La plate-forme vidéo de Google dirigée par Susan Wojcicki a déjà détrôné la télévision dans le quotidien de la tranche jeune. Face à ses principaux concurrents Netflix et Amazon, YouTube veut innover, faire la différence pour se démarquer. On a vu apparaître grâce au site internet une évolution voir même révolution des métiers d’auteurs, comédiens, réalisateurs et monteurs vidéos.

Les YouTubeurs stars:

Drôle de métier diront certains, vidéastes de la toile pour d’autres. Il existe plusieurs catégories de YouTubeurs : les humoristes, les gamers, les conseillers. Ils réalisent et publient des vidéos sur la plateforme et ce sont devenus ces dernières années les véritables rois du Web. L’entreprise met gratuitement à leur disposition neuf studios, remplis de matériel dernier cri. La CEO Susan Wojcicki ne rate jamais une occasion pour montrer aux YouTubeurs qu’ils représentent le cœur du système. Les meilleurs d’entre eux sont récompensés par la plate-forme dès que leur chaine atteint 100’000 abonnés. Ces récompenses visent à remercier le travail qu’ils effectuent et l’audience qu’ils captent. Depuis 2016, les meilleures pépites du site peuvent être récompensées aux Emmy Awards puisque la TV Academy a ajouté trois nouvelles catégories de forme courte dont l’une d’elle est la récompense pour les lecteurs numériques comme YouTube et AwesomenessTV.

Panel des YouTubeurs français les plus en vogue.

Le classement mondial est dominé par les chaines PewDiePie, Holasoygerman et Smosh. Les 3 meilleurs YouTubeurs en Suisse : Diabl0x9 (jeux vidéo), VenusAngelic (mode et beauté), Julia Graf (mode et beauté). En France, Ce sont plutôt les humoriste Cyprien et Norman qui prennent la tête du classement. Ils sont suivi du gamer Squeezie.

Youtube Space Mumbai

Le contenu musical et cinématographique

Le monde musical est divisé sur YouTube. Certains considèrent la plateforme comme le serial killer de l’industrie de la musique tandis que d’autres voient le site comme un facilitateur, une renaissance créative pour les artistes. Avec la nouvelle ère numérique, tout passe par des comptes Google d’utilisateurs. Une fois le compte utlisateur ouvert, son propriétaire peut accéder aux différentes fonctionnalités offertes par la plate-forme. Un contenu partagé peut vite devenir viral et avoir une portée mondiale. Il faut relever néanmoins que certains utilisateurs ne peuvent vivre des seuls revenus de YouTube.

L’entreprise prend la musique très au sérieux! La chaine confirme la mise en place d’outils spéciaux pour l’industrie de la musique permettant aux propriétaires d’annoter leurs vidéos et de créer des liens vers des sites de billetterie, de diffusion en continu et de téléchargement. Candice Morrissey, responsable des partenariats musicaux YouTube en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique affirme que « YouTube possède un accord de partage des revenus avec leurs partenaires de contenu, donc plus ils réussissent, plus l’entreprise réussit ». Les plaintes de ces partenaires au sujet de la quantité de consommation ne restent pas sans voix, mais elle réitère que le modèle commercial publicitaire de la boite est basé « sur la consommation »

Qu’en est-il du profit ?

Avec plus d’un milliard d’heures visionnées par jour, la plate-forme ne génère cependant pas de profit. Le succès d’audience n’est toujours pas transformé en succès économique, car YouTube n’a pas trouvé la recette de la monétisation. Les charges pour la chaine se listent en milliards. Entre le paiement des serveurs, l’innovation et l’argent reversé pour les droits d’auteurs (qui se chiffrent à plus d’un milliard de dollard de royalties), la chaine ne s’en sort pas.

Le mot d’ordre pour la CEO est « innover, monter en gamme, offrir une expérience premium pour faire la différence ». Depuis quelques années YouTube a lancé des initiatives pour faire face à ses défis.

La publicité:

C’est le mécanisme central de YouTube pour générer des revenus. La chaine fait usage d’un modèle publicitaire basé sur la consommation de masse. YouTube propose des offres sur-mesure pour les entreprises désirant de faire la publicité sur la plateforme vidéo. Cela semble fonctionner puisque YouTube assure que les revenus des partenaires ont augmenté de moitié en un an. Il y a quelques mois, le site a lancé de nouveaux formats publicitaires spécialement adaptés aux smartphones tel que le format court de six secondes, impossible à bloquer ou fermer. Le bonne nouvelle pour les utilisateurs est la suppression des annotations pendant le visionnage de la vidéo pour favoriser les fiches et écrans de fin.
Malgré tout, le problème est là : le modèle gratuit n’est pas rentable!

Des abonnements payants

Les différentes plateformes de YouTube.

Pour faire face à la concurrence, la chaine veut passer à la monétisation de contenus exclusifs. Ainsi, YouTube a annoncé en octobre 2015 le lancement de son offre premium « YouTube Red ». Pour 10 dollars déboursés, l’utilisateur aura le droit de profiter des programmes originaux, d’un service de musique à la demande avec écoute hors connexion et surtout sans publicité! La nouvelle offre promet également la diffusion des séries originales comme Orange Is The New Black ou encore House of Cards qui ont fait le succès de leur concurrent Netflix.

Notons également le lancement de la télévision en streaming baptisée Unplugged. L’utilisateur devra débourser environ 35 dollars par mois pour le service. Ceci dans l’optique de compléter l’offre de YouTube Red et d’augmenter ses revenus.

YouTube Connect, un service de diffusion en direct de vidéos, permettrait à la chaine de faire face à Périscope et Facebook Live. Aussi, la déclinaison YouTube Gaming, pour la diffusion de compétitions et d’émissions de jeux vidéo, est quant à elle une réplique directe de Twitch, racheté par Amazon en 2014, bien que convoité par Google.

L’avenir est rempli d’incertitude pour la start-up au succès planétaire. Il est néanmoins impossible d’avoir les vrais chiffres de cet investissement. A ce jour, un sentiment de doute peut être relevé car l’offre payante YouTube Red n’est disponible que dans trois pays (Etats-Unis, Australie et Nouvelle Zélande). Il ne sera pas facile pour YouTube de convertir son public habitué au tout gratuit.

 

Solène Ekouda

 

Sources

Images :
https://wallpaperscraft.com/image/youtube_video_hosting_logo_google_73436_2048x1152.jpg
http://1u88jj3r4db2x4txp44yqfj1.wpengine.netdna-cdn.com/wp-content/uploads/2015/12/YouTubeSpaceMumbai.jpg
https://daks2k3a4ib2z.cloudfront.net/553ae5d16f1f25be1cc44473/55b1a4eff6fb61c155b5c54a_Youtubers-1.jpg
http://youhumour-blog.com/wp-content/uploads/2013/09/top_youtubeurs.jpg
www.tubefilter.com/wp-content/uploads/2015/10/YouTube-Red.jpg

Source :
Les Echos Weekend: business story des 10 et 11 mars 2017: https://www.lesechos.fr/week-end/business-story/enquetes/0211858857906-youtube-lempire-des-images-2071328.php

http://www.frenchweb.fr/numbers-combien-dheures-de-video-sont-visionnees-chaque-jour-sur-youtube/282351
http://www.clubic.com/pro/actualite-e-business/actualite-807308-an-youtube-bouleverse-modele-economique.html

How does YouTube Make Money and YouTube Business Model


https://www.theguardian.com/business/2016/jul/18/youtube-music-industry-artists-spotlight