Etape 1 :

Avant l’examen ou pendant (pour les retardataires !), il faut essayer de comprendre comment le QCM est mis en forme et noté. Une grande partie de plaisir entre les QCM à réponses multiples ou à réponse simple et les QCM à point négatif (ceux-ci sont nos préférés, n’est-ce pas ?). Et ce n’est pas fini : le point négatif s’applique-t-il sur l’ensemble de la question ? Une question non répondue équivaut-elle également à un point négatif?

Etape 2 :

Elaborer une stratégie face aux QCM. Doit-on prendre le risque de répondre à toutes les questions ou seulement si l’on est sûr ? Doit-on cocher directement la question qui nous semble juste ou doit-on procéder par élimination ? Le talent ou notre bonne étoile suffiront-ils ? Tant de questions sans réponse avant d’arriver devant la copie… Mais ne vous méprenez pas, même avec une bonne préparation mentale, un examen QCM nous surprendra toujours.

Etape 3 :

La désillusion ! Nous avons répondu avec certitude à seulement 30% des questions : que faire de toutes les autres ? Nous vous déconseillons fortement de « panacher » le nombre de lettres (tout le monde sait que cette méthode n’est pas la bonne, mais on ne peut pas s’en empêcher !). Ou mettre la réponse D, parce que celle-là on l’adore !

Etape 4 :

Croire en notre bonne étoile car nous venons de jouer à la loterie et surtout priez pour un réarrangement du barème !