Qui a dit que vie étudiante rimait avec gargantuesques beuveries à la bière ? Cela est tout à fait possible avec élégance, légèreté et panache !

Voici l’histoire de la Wine-Society, association étudiante créée il y trois ans par un groupe d’amis, de « potes » amateurs de bons vins et soucieux d’en faire partager la science.
Jeune organisation, elle compte aujourd’hui un cœur solide de treize étudiants, partagé entre l’UNIL et l’EPFL. L’association se veut éclectique, dans l’attention et dans le goût. On ne déguste pas seulement du vin bordelais à la Wine : champagne, bières artisanales, mais également vins locaux rythment la vie de cette association pas comme les autres. Une diversité recherchée pour partager cet univers au maximum.

Initialement créée à l’UNIL, l’association se développe surtout à l’EPFL (faute de soutien concret) où elle parvient à convaincre : coachée gracieusement par les étudiants de la Haute Ecole de Viticulture et d’Œnologie de Changins, la Wine a réussi à hisser deux équipes à la première et quatrième place des qualifications européennes du prestigieux concours Left Bank Bordeaux Cup (LBBC ci-après) en avril 2016. Il s’agit d’un concours destiné aux clubs d’œnologie des Universités et Grandes Ecoles du monde entier.
En juin, la finale a regroupé les deux meilleures équipes de chaque continent à Bordeaux : les lausannois ont finalement terminé 3ème ex-aequo avec l’Université de Hong-Kong, derrière Oxford et l’EM Lyon, second et gagnant respectivement.
Ces concours requièrent un important travail d’implication de la part des membres de la Wine, mais garantissent à l’association une portée conséquente et un appui significatif en provenance des vignerons, châteaux et cavistes, notamment pour les dégustations.

L’idée de départ était simple : promouvoir les vignobles et professionnels locaux en amenant leurs produits sur le campus et permettre aux étudiants de découvrir l’œnologie dans un cadre adapté.
La notoriété acquise par les concours permet aujourd’hui à la Wine de faire venir des maisons parmi les plus prestigieuses à Lausanne toujours dans une volonté de transmettre cette passion du vin. Nous citerons en exemple les châteaux Lafite-Rothschlid, Lafon-Rochet, Drappier, Jacquesson, Bollinger, Charles Heidsieck et plus récemment Gruaud Larose que nous avons eu l’occasion de découvrir au cours de la dernière dégustation en date.
Avant de vous en faire partager l’expérience, arrêtons-nous un instant sur les enjeux et opportunités économiques poussant ces entreprises à investir temps, argent et logistique dans cette aventure. L’objectif est de conserver (reconquérir ?) la clientèle des jeunes d’aujourd’hui qui deviendront les cadres de demain – segment de marché préféré de ces grandes maisons – car cette catégorie jugée élitiste, aurait tendance à « apprécier le vin pour ce qu’il est et surtout à y mettre le prix ! » Un deuxième élément de réponse serait que le marché Suisse est très lucratif pour les vignerons français, qui ne rechignent donc pas à venir présenter leurs produits à Lausanne.

Pour se plonger dans le contexte, une intervenante missionnée par le château Gruaud-Larose nous a conté l’origine de cette maison en passant aussi bien par une explication détaillée sur la classification des vins et les appellations, mais également sur les techniques d’assemblages de certains crus, notamment historiques.
Comme une dégustation sans pratique n’aurait que peu de sens, il va s’en dire, nous avons eu le privilège de faire tomber le rideau et de dévoiler les cinq vins qui nous ont accompagné le reste de la soirée. À cet égard je porte une attention, une émotion toute particulière au Sarget de 2008 au corps léger, aux traits soyeux et charmants !
L’association se tourne désormais vers l’édition 2017 du LBBC ainsi que d’autres rendez-vous comme le concours SPIT (Sciences-Po. International Testing le 1er Avril) et le Défi de Bacchus (EM Lyon).

Soyons réaliste : les concours sont réservés à un public spécifique et connaisseur, mais les dégustations, véritables vitrines de l’association, sont une invitation à tous pour passer un agréable moment. Elles ouvrent aujourd’hui une fenêtre sur un jardin de goûts et de couleurs aux parfums peu communs : nous ne pouvons que vous conseillez d’y prendre part au moins une fois.
Attention cependant, les dégustations de la Wine font carton plein et sont souvent sold out en quelques heures. Pour participer aux évènements, restez-en alerte et surveillez leur page Facebook où transitent toutes les informations importantes.

A noter également que l’association organisera ses recrutements en fin d’année, à bon entendeur !

Bacchus (1648) de Jan Van Dalen, Kunsthistorisches Museum – Viennes

 

 

« N’éloignez pas les novices de la connaissance et du plaisir du vin par l’usage d’un vocabulaire réservé aux seuls initiés : parlez simplement de vos vins.

Je suis entrée dans le monde du vin sans autre formation professionnelle qu’une gourmandise certaine des bonnes bouteilles. »

Colette

Un grand merci à Antoine Kopp de nous avoir ouvert les portes de la Wine-Society !

Hadrien Lapierre & Jean-Konrad Mignon