Qu’est-ce qu’une folie ?

Qui n’a jamais rêvé d’un voyage instantané, immédiat, dans le temps ou dans le rêve ? Outre certains paradis artificiels, bien entendu, l’imagination est – et reste – ce que nous avons de plus beau. Les folies attirent la curiosité d’un regard, on s’arrête, on laisse les pensées s’exprimer et prendre vie.

Issues de rêveries, sortant tout droit de quelques contes, les folies sont des maisons de villégiature construites en Europe au XVIIe siècle, pour l’aristocratie et la haute bourgeoisie. Généralement loin des villes, cachées au cœur des campagnes ou dans les parcs des châteaux, ces constructions rappellent une époque étrange et révolue, mélangeant les styles architecturaux : allant du baroque au rococo, passant de la fantaisie orientale aux tours moyenâgeuses. Elles peuvent prendre la forme de petits palais grecs ou vénitiens, de grottes aménagées, de maisons flottantes ou de pavillons. Différentes des fabriques de jardin, elles ne marquent pas qu’une halte lors d’une balade, mais une invitation au voyage.

La Folie

Les folies répondent à une utilisation intime de l’espace, accordant la simplicité de la vie à la campagne au désir de raffinement de l’aristocratie : alcôves, boudoirs, petits et grands salons, de musique ou de jeux. Les folies étaient des lieux de fuite en province pour échapper à un quotidien ressenti comme trop monotone, un espace de divertissement, de rencontre, de réunion galante. Elles ont longtemps été source d’autolâtrie : savoir qui possédait la plus coûteuse et la plus belle des folies, la plus raffinée ou la plus excentrique était un passe-temps courant pour ces caprices de courtisan.

Le pavillon gothique, Cognac. France

Au XIXe siècle, naissent de nouvelles folies, portées par une vague de romantisme. L’intérêt qu’on leur porte relève encore plus de l’évasion. Des tours émergent des étangs et fleurissent sur des îlots de verdure, perdues entre quelques arbres songeurs. Elles comblent nos yeux aujourd’hui, et continuent de mettre l’accent sur l’importance du rêve. Avec leur extravagance, leur élégance, il n’y a pas que nos pensées qui veulent s’exprimer, nous même, nous voulons nous perdre dans cette atmosphère.

Colonne observatoire, parc du château de Groussay. France

Au cœur du parc de Mon-Repos, entre un ginkgo, un séquoia géant et un hêtre à feuilles de fougères, il est un délice où l’on peut se délecter de chaque pierre la constituant, une petite mélodie similaire à celles provenant des volières du parc…

Le pavillon d’Amalienburg, Nymphenburg. Allemagne

Il n’y a pas que les livres et la poussière, et dans un contexte plus contemporain nous prenons plaisir à nous évader, autant qu’à l’époque de ces folies. Peut-être même plus ? La passerelle entre la modernité des lieux et le souvenir est tout à fait remarquable. Ajoutons que la Folie offre un choix de pâtisseries maison et de petite restauration, une occasion de s’enfuir le temps d’un livre.

Bienvenue à la folie Voltaire

« Qu’est-ce que la folie ? C’est d’avoir des pensées incohérentes et la conduite de même. »
François Marie Arouet, dit Voltaire
Dictionnaire philosophique

Jean-Konrad Mignon

Crédits Images

https://scontent-amt2-1.xx.fbcdn.net/v/t31.0-8/10380512_240839786106732_4125030228646519123_o.jpg?oh=95a4693c79974649fc754fd2c861a66b&oe=5951E61A

http://www.comenregions.com/wp-content/uploads/restaurant-la-folie.jpg

https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/736x/b6/9d/2c/b69d2c72cab9f2327ef1b7eb2595067c.jpG

https://i1.wp.com/www.proantic.com/magazine/wp-content/uploads/2014/10/Capturekjkoi.jpG

http://www.schloss-nymphenburg.de/bilder/p-burgen/amalienburg/amalienburg700.jpG

https://i1.wp.com/unechouquettealausanne.ch/wp-content/uploads/2016/01/Folie-Voltaire-hiver1.jpG