Get Out
1.0Note finale

De Jordan Peele


Sortie au cinéma le 03 mai 2017 – Durée 1h44

 

Par Alexia Malige

Get out : ne vous aventurez pas sur ce terrain là

 

Le titre nous prévenait déjà. Get out ! Ne restez pas dans cette salle. Et effectivement, à la fin du film, on mesure toute la portée de cet avertissement. Si l’idée paraissait bonne au départ, elle s’effrite petit à petit, pour ne devenir plus qu’un amas de clichés noyés dans la bêtise. L’écriture du scénario n’a pas été réfléchie. L’histoire s’écrit au fil des tâches d’encre sur une feuille, qui ont pour unique objectif de masquer le blanc du papier. On sent que l’inspiration s’épuise vite. Une fois l’intrigue posée, Jordan Peele ne sait plus quoi inventer pour le dénouement. Il s’embarque alors dans une aventure sans queue ni tête, dopée au gore et à l’adrénaline. Une tentative désespérée pour s’échapper de ce pitch complexe dans lequel il nous avait attiré.

On s’attendait à pénétrer un univers de racisme et d’intolérance, satire d’une Amérique métissée et ombrageuse. Finalement, la couleur de peau n’est que prétexte. Tout tourne autour d’elle, mais rien n’en ressort. Pas de morale, pas d’explication. Rien. Du vide, du sang, des cris, des regards fiévreux et psychotiques, mais pas de réflexions profondes qui apportent une vision nouvelle au spectateur. Les scènes semblent s’enchainer sans connexion logique et le réalisateur tente tant bien que mal de créer l’illusion avec un montage rapide et hachuré. Malheureusement, les artifices ne suffisent pas, ne suffisent plus. Une fois l’esprit détaché du film, impossible de se replonger dedans. On en regarde alors chaque minute avec un œil de plus en plus critique et de plus en plus fatigué, pressé de s’échapper de cette atmosphère étouffante et grotesque.

Le scénario fait donc défaut, mais les acteurs tiennent le coup jusqu’au bout. Grandement mené par le jeune interprète, Daniel Kaluuya, le casting fait preuve de force et de persuasion. Peu de mots. Tout dans les yeux, les expressions et les gestes. Un travail compliqué mais parfaitement réalisé par l’ensemble des comédiens. Lil Rel Howery, qui incarne le meilleur ami de Chris (Daniel Kaluuya) restera le coup de cœur de Get Out. A chacune de ses apparitions, on sait que l’on va s’amuser, rire, et que l’on va surtout retrouver de l’intérêt pour le film. Dommage que son rôle ne soit pas plus important.

Get Out est une des plus grandes déceptions de l’année. Jordan Peele avait toutes les cartes en main pour sortir du lot. Il se cantonne finalement à un genre horrifique, toujours dépourvu d’une trame de fond consistante. Le choix de la facilité contre celui de l’originalité et de la créativité. Un beau gâchis car le potentiel était, pourtant, grand.

Alexia Malige