Parmi les nombreux musées et fondations dédiés à l’art en Suisse, cette semaine nous mettrons en lumière la Fondation Beyeler, installée près de Bâle à Riehen. La fondation est posée dans un écrin de verdure au milieu d’un parc à l’anglaise où, en été, les visiteurs y dégustent une boisson rafraîchissante et lorsqu’il fait plus frais, un jardin d’hiver les invite à y passer du temps et à lire. Le bâtiment principal, œuvre de l’architecte italien Renzo Piano, mouille ses grandes baies vitrées dans un étang de nénuphars, accueillant toute la lumière naturelle en son sein. Les salles vastes et inondées de lumière présentent les œuvres exposées sous leur meilleur jour. Le tout est apaisant, sobre et élégant, le grotesque laissé pour d’autres. C’est en cet endroit que sont présentées des œuvres de la collection d’art moderne et contemporain du fondateur Ernst Beyeler et de son épouse Hildy, parmi lesquelles Picasso, Mondrian, Klee, Bacon ou Giacometti.

Ernst Beyeler : histoire et formation

Le parcours atypique d’Ernst Beyeler ne laissait aucunement présager qu’il deviendrait plus tard un collectionneur reconnu dans le monde de l’art. En effet, alors qu’il était encore étudiant, il travailla chez Oskar Schloss, bouquiniste et antiquaire, qui tenait « La Librairie du Château d’Art ». Cet homme lui éveilla les sens sur la littérature, la philosophie et l’art lors de soirées de discussions. En 1945, à la mort de Schloss, Ernst Beyeler reprit le petit commerce alors en difficulté financière avec l’aide de sa future épouse, Hildy Kunz. Cependant, les livres anciens et l’activité d’antiquaire n’étaient pas ce qui intéressait le plus le jeune Beyeler. Il se mit alors à s’intéresser naturellement aux gravures et autres lithographies, tant et si bien qu’il rebaptisa la petite affaire en 1952 « Galerie Beyeler ».

https://i2.wp.com/myartguides.com/wp-content/uploads/2016/11/giacomettisaal.jpg?resize=563%2C262

Une des salles d’exposition de la fondation

Les années qui suivirent, Ernst Beyeler se mit à voyager et à constituer une collection audacieuse mais fidèle à ses convictions : « L’art exposé devait être durable, savoir renouveler un enthousiasme nouveau tout en affirmant sa valeur dans la durée ». Une règle simple s’imposait aussi : il fallait acheter deux nouvelles œuvres pour chaque œuvre vendue. Quant à Hildy Beyeler, elle veillait sur les finances et encadrait la petite équipe de collaborateurs.

La collection de Ernst et Hildy Beyeler est devenue fondation en 1982. Pour conserver et abriter les œuvres, Ernst Beyeler décida de faire construire un musée dont il trouvera l’emplacement à Riehen, ville de son enfance. L’endroit répondait effectivement au lien désiré par Beyeler entre l’art, la nature et l’architecture. L’inauguration du bâtiment a lieu en 1997 avec notamment la présence de la conseillère fédérale Ruth Dreifuss.

Ernst Beyeler est aussi le cofondateur de la foire internationale d’art contemporain, Art Basel, dont il s’occupera pendant plus de vingt ans. Aujourd’hui, Art Basel est réputée comme l’une des plus importantes foires annuelles d’art contemporain du monde.

L’exposition sur Paul Klee
https://i0.wp.com/rillon.blog.lemonde.fr/files/2011/10/fugue_en_rouge.jpg?resize=680%2C473

Paul Klee, Fugue in Rot, 1921, 24,4 x 31,5cm, aquarelle et crayon/papier/carton. Suisse, collection particulière, en dépot au Zentrum Paul Klee, Berne.

En ce moment, du premier octobre au 21 janvier, la fondation présente les œuvres de Paul Klee, mettant en scène l’abstraction, thème majeur chez les artistes durant toute la première moitié du XXe siècle et caractéristique de l’art moderne.  La collection rétrospective de Klee nous montre un des aspects les moins connus chez cet artiste à travers une centaine d’œuvres. Outre les œuvres maîtresses de Klee, on pourra aussi admirer des œuvres rarement exposées jusque-là.

https://www.rts.ch/2010/05/02/19/46/1086467.image

« Jusqu’en 2003, Ernst Beyeler lui-même était le directeur de la Fondation Beyeler. En 2003, c’est Christoph Vitali qui en a repris les rênes, puis Sam Keller en 2008 qui est à la direction du musée jusqu’à aujourd’hui. Ernst Beyeler est décédé en 2010, deux ans après son épouse Hildy. »

Alexandre Lachat