Lionel Stoudmann, actuel directeur adjoint de la plateforme de formation continue d’HEC Lausanne (Executive Education HEC Lausanne) et en charge du marketing ainsi que des développements stratégiques de la plateforme, nous relate son expérience.

Parcours

Mon parcours professionnel est lié intimement à mes études. J’ai décroché un poste d’assistant-étudiant pour le programme « Executive MBA » en 2008 alors que je commençais mon master. Cela m’a permis d’exécuter des tâches administratives et de prendre part à certains projets importants pour le programme. Une fois mon master terminé, j’ai repris contact avec la direction du programme qui m’a proposé le poste de « Promotion & Communication Officer » qui venait par chance de se libérer. J’ai donc postulé et j’ai été choisi. Ainsi, j’ai continué à travailler pour le programme « Executive MBA » qui n’était encore qu’à ses premières années (3-4 ans d’existence en septembre 2010). Il y avait donc pas mal de tâches extrêmement intéressantes et de projets à développer. Trois ans plus tard, le décanat de la faculté des HEC a décidé d’établir une nouvelle plateforme appelée « Executive Education ». Je suis donc parti dans ce nouveau projet pour lequel nous n’étions que deux à partir de rien (ou presque) jusqu’à aujourd’hui où nous sommes une équipe d’une dizaine de collaborateurs avec une trentaine de programmes sous gestion.

Côté carrière

– POURQUOI ÊTRE RESTÉ ET AVOIR CHOISI LE MILIEU ACADÉMIQUE ?

Premièrement, le milieu académique m’a toujours intéressé mais pas au niveau de la recherche. En revanche, c’est plutôt du côté de la transmission du savoir, qui est une très belle valeur à mes yeux, que je pouvais volontiers m’inscrire. Et deuxièmement, l’unité dans laquelle je travaille, agit plus comme un côté « startup ». Comme évoqué précédemment, nous sommes une équipe jeune de 4 ans, nous développons beaucoup de choses et remettons en cause plusieurs principes bien établis au sein de l’université pour continuer notre développement et s’inscrire dans la réalité de la transformation digitale par exemple.

– EXEMPLE-TYPE D’UNE JOURNÉE PROFESSIONNELLE

C’est très diversifié. Je ne pourrais pas donner une journée-type. Tout ce que je peux dire, c’est que je prends le train tous les matins de Neuchâtel à Lausanne et de Lausanne à Neuchâtel le soir. Ce qui se passe entre deux est extrêmement variable. Plus sérieusement, je peux dire que j’ai beaucoup de contacts, que ce soit avec des professeurs, des participants aux cours et avec des responsables d’entreprises lorsqu’on crée des programmes sur mesure. Mais cela ne s’arrête pas là. À l’interne, je suis aussi en contact avec le département de communication d’HEC, les Alumni HEC, Unicom, le centre informatique etc. La beauté de mon travail s’explique un peu par le fait qu’il n’y a pas de journée-type.

– QUELS SONT LES DIFFÉRENTS MOYENS POUR PROMOUVOIR DES PROGRAMMES DE FORMATION CONTINUE ET DES MBA ?

On a une stratégie marketing multi-canaux tout en sachant que le processus d’acquisition des clients est long. En effet, une formation qui coûte 10’000 CHF ne s’achète pas en un clic. Cela signifie qu’on doit amener l’information sous différents canaux : écrit, flyers, site web, réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn, etc.) et depuis quelques mois des vidéos. Pour le moment, nous ciblons principalement en Suisse mais on ne se restreint pas.

– QUELS SONT LES OBJECTIFS À LONG TERME D’HEC LAUSANNE EN MATIÈRE D’ENSEIGNEMENT, DE POSITIONNEMENT PAR RAPPORT À D’AUTRES UNIVERSITÉS ET DE RELATIONS INTERNATIONALES ?

La plateforme de formation continue faisant partie intégrante d’HEC Lausanne, met l’accent sur plusieurs points. La recherche premièrement, qui doit être restituée aux étudiants, est probablement un des points forts de la faculté dans son ensemble. Les professeurs sont à la pointe dans la recherche et peuvent ainsi la restituer dans les cours de bachelor et de master mais aussi dans les cours de formation continue. Justement, dans ce cadre, nous avons un avantage, à savoir que nous devons être un endroit de partage entre les participants et les professeurs. Ces derniers laissent du temps en classe pour que l’échange puisse se créer.

Au niveau international, HEC Lausanne poursuit sur des solides bases aux horizons variés de par la diversité des origines des étudiants, des professeurs et des participants à des formations continues qui travaillent dans des multinationales. Enfin, pour les enseignements, on est capable à HEC Lausanne de tisser des liens avec d’autres facultés : des professeurs de l’IDHEAP, des professeurs de la Faculté des Géosciences pour des questions de développement durable etc.

– DANS L’ENSEIGNEMENT DE HAUT NIVEAU, PAR QUELS MOYENS VOUS TENEZ-VOUS AU COURANT DES NOUVEAUTÉS ET QUAND EST-CE QUE VOUS VOUS DITES : CE SUJET-LÀ/CETTE MATIÈRE DOIT ÊTRE INCLUE DANS TELLE OU TELLE FORMATION ?

Ce n’est pas moi qui m’occupe du contenu à proprement parler, mais on a l’avantage de pouvoir beaucoup discuter et donner du feedback en abondance au professeur, que ce soit de la part des participants, mais aussi de ce que l’on ressent sur le marché. On a donc des outils de veille qui nous permettent de voir aussi ce que proposent les autres universités, dans quels domaines et sous quel format.

Du temps des études

– QUE VOUS A APPORTÉ HEC LAUSANNE ?

Des connaissances académiques et des compétences interpersonnelles essentielles à mon développement. Une certaine rigueur et un sens des priorités essentiel pour réussir ses études mais aussi plus tard dans l’environnement professionnel.

– ÊTES-VOUS PARTI EN ÉCHANGE ? SI NON POUR QUELLES RAISONS ? SI OUI, OÙ ?

Je ne suis pas parti en échange et je ne peux pas donner un seul et unique conseil aux étudiants. J’ai fait le bon choix pour moi mais si quelqu’un d’autre souhaite partir, je l’encourage absolument à le faire.

– SELON VOUS, QUELS SONT LES POINTS FORTS DE LA FACULTÉ HEC ET DE L’UNIVERSITÉ DE LAUSANNE ?

L’enseignement de qualité, les professeurs, l’offre de cours large et optimisée. La qualité des étudiants : dynamisme au travers d’associations, de conférences et de soirées. Le campus extraordinaire et la polyvalence du diplôme d’HEC Lausanne. Il est possible de trouver du travail à l’international mais aussi dans une entreprise locale notamment grâce au réseau d’alumni.

– UN COMMENTAIRE SUR LA RÉ-ACCRÉDITATION RÉCENTE DE LA FACULTÉ PAR EQUIS POUR 5 ANS ?

C’est une preuve supplémentaire de la qualité de l’enseignement, des professeurs, des étudiants, du cursus, des cours et de l’administration. C’est un tout. Cette accréditation permet de dire qu’HEC Lausanne est une des meilleures écoles de business au monde.

 

Remarques 

  • L’Executive Education n’englobe pas, à l’heure actuelle, l’Executive MBA offert à HEC Lausanne. Ce sont deux équipes différentes pour chacun des programmes.
  • La faculté propose des programmes de formation de quelques jours qui peuvent donner droit à des attestations de participation ou des programmes plus longs (entre 6 et 12 mois) qui eux donnent droit à des certificats ou des diplômes universitaires (CAS, DAS et MAS, réglementés par le système de Bologne). Ainsi, grâce à cette certification, les papiers obtenus à la fin de la formation sont reconnus et peuvent offrir des équivalences en Europe et dans le monde entier.

 

TOUTE L’ÉQUIPE D’HECONOMIST REMERCIE VIVEMENT MONSIEUR LIONEL STOUDMANN POUR SON TEMPS ACCORDÉ !

 

Alexandre Lachat