Warning: A non-numeric value encountered in /home/heconomist/public_html/wordpress_9/wp-content/themes/15zine/library/core.php on line 4208
Dr Strange
4.0Note finale

De Scott Derrickson


Sortie au cinéma le 26 octobre 2016 – Durée 1h55

 

Par Arthur Chedozeau

 

Dr Strange: La magie de Marvel

Après avoir suivi durant plusieurs années les innovations technologiques de Tony Stark (Robert Downey Jr.), les codes moraux de Captain America (Chris Evans), le voyage dans l’espace avec Thor (Chris Hemsworth) et Les Gardiens de la Galaxie, les studios Marvel s’attaque dorénavant au monde de la magie.

Le docteur Stephen Strange (interprété par Benedict Cumberbatch) est un chirurgien réputé, à l’égo surdimensionné, perpétuellement en quête d’innovation, quitte à délaisser les cas cliniques les plus banals. Un accident de voiture le prive de l’usage de ses mains, l’empêchant ainsi d’exercer sa profession. Commence alors pour lui une période de déni et de frustration. Prêt à dépenser des sommes astronomiques dans des expérimentations chirurgicales afin de récupérer l’usage de ses mains, il s’éloigne peu à peu de ceux qui l’aiment (et surtout de Christine Palmer, incarnée par Rachel McAdams) jusqu’à s’envoler pour l’Asie afin de rencontrer l’Ancien (Tilda Swinton), qui lui inculque l’art de la magie.

Contrairement aux derniers films produits par DC Comics (Superman vs. Batman) et Marvel (Captain America: Civil War & The Avengers: Age of Ultron), Dr Strange ne cache pas sa volonté de se rapprocher de la réalité. Entre le monde miroir, le multiverse et la pierre du temps, nous entrons très rapidement dans une nouvelle ère : celle de la magie. Benedict Cumberbatch nous prouve encore une fois ses formidables talents d’acteur, alternant le chirurgien égo-maniaque et le sorcier suprême. Son duo avec Rachel McAdams (Spotlight, Southpaw), malheureusement sous-utilisée dans le film (à notre plus grand regret !) est rempli d’alchimie et la force de leur relation nous arrache quelques moments poignants. Deux autres grands acteurs apportent également leurs collaborations au film : Tilda Swinton et Mads Mikkelsen, très justes dans leurs personnages, nous offrent plusieurs scènes comiques.

Que retenir du film ? Les effets spéciaux, très réussis, combinés avec la musique. Dans un monde en kaléidoscope où les acteurs se retrouvent à courir sur les murs, Scott Derrickson nous emporte dans un univers à couper le souffle. Pour tous les amateurs de Marvel et de photographie, ce film est pour vous.