Scandale en Corée du sud !

Des centaines de milliers de Sud-coréens sont descendus dans les rues de Séoul ces trois derniers weekends. Ce samedi 12 novembre marque d’ores et déjà le plus grand regroupement anti gouvernemental jamais vu dans le pays. La population exige la démission immédiate de la présidente Park Geun-hye.
Cette dernière est accusée d’avoir été sous influence occulte depuis son entrée en fonction. Fâcheusement, ces allégations ont été vérifiées et ont mené la présidente à présenter des excuses publiques, ce qui a fait chuter sa côte de confiance à 5%.

Une sulfureuse conseillère de l’ombre

L’amie et confidente Choi Soon-Sil, fille du fondateur de « L’Eglise éternelle » (ayant la capacité de communiquer avec l’au-delà) a utilisé son influence sur la présidente pour assouvir ses volontés.
Celle-ci a pu contraindre des groupes industriels nationaux à remettre d’importantes sommes d’argent, notamment Samsung, accusée d’avoir versé jusqu’à 2,8 millions d’euros à Choi Soon-Sil pour usage personnel. De plus, les conglomérats du pays ont dû également céder 61,3 millions d’euros à deux fondations promouvant des activités culturelles et sportives.

La conseillère, sans aucune mission officielle, a pu également avoir accès à des documents secrets défenses et aurait aidé la présidente à la prise de décision et pour la rédaction de ses discours. Choi Soon-Sil a été arrêtée début novembre pour fraude et abus de pouvoir.

Réaction de la présidente

Outre ses excuses, la présidente s’efforce de faire un remaniement au sein du gouvernement pour sortir de la crise actuelle. Mme Park a limogé son premier ministre et proposé au parlement le mardi 8 Novembre de décider d’un candidat remplaçant. Le parlement appartenant majoritairement à l’opposition a décliné pour l’instant cette offre jugée « ambiguë » en demandant des précisions quant aux champs de manœuvres et aux domaines de décisions dont le premier ministre bénéficiera.

Il ne reste plus qu’un an de mandat à Park Geun-hye : va-t-elle réussir à surmonter cette crise et reconquérir sa population ?

La nuit des élections selon Carl Icahn

Alors que le monde attendait les résultats des élections présidentielles américaines, Carl Icahn, le célèbre investisseur activiste, réalisait une transaction magistrale. Quelques heures avant l’annonce du vainqueur, l’octogénaire a misé pas moins d’un milliard de dollars (916 millions d’euros) sur des contrats à terme sur l’indice boursier américain Standard and Poor’s 500 (la Bourse de Wall Street étant fermée).

« J’aurais investi davantage si j’avais pu car c’est un de mes meilleurs investissements, se félicite Carl Icahn à Bloomberg. L’indice S&P500 était incroyablement liquide. Tout le monde paniquait sans la moindre raison ».

À ce moment-là, le contrat sur le S&P500 perdait plus de 5%. Vingt-quatre heures plus tard, l’indice grimpe de 7%. Depuis l’élection de Trump, le portefeuille de titres de l’américain fervent défenseur de Trump a grossi de près de 700 millions de dollars (virtuellement, car il s’agit de variations de cours d’actions).

Sur le fond, Carl Icahn partage largement les vues du nouveau président. Il plaide pour un affaiblissement de la régulation étatique, « qui a dérapé », sous l’ère de Barack Obama. En revanche, il estime que certaines limitations comme les réformes Dodd-Frank étaient nécessaires : cette loi, introduite à la suite de la crise financière de 2008, interdit notamment aux banques de spéculer pour leur propre compte et force ces dernières à conserver davantage de liquidités pour prévenir d’autres crashs boursiers.

Performances limitées

Cotée sur le Nasdaq, Icahn Enterprises, sa holding diversifiée qui regroupe ses participations dans une dizaine de secteurs (énergie, finance, automobile, mines & métaux, immobilier, alimentaire, jeux et casinos…), a vu son cours bondir de 4,6% après la victoire de Trump.
Cette holding détient des investissements dans des sociétés comme American International Group (AIG), Herbalife (dont il a récemment augmenté la participation de 20% à 23%), Cheniere Energy, Freeport-McMoRan, Paypal, Transocean et Xerox. Les rendements de son portefeuille ont été très volatiles, reflétant ainsi sa stratégie risquée de paris concentrés sur un nombre restreint de « dossiers ». En effet, depuis 2010, les performances de l’activiste ont évolué entre +34,5% (2011) et -18% (2015). Au premier semestre, son fonds perdait encore de l’argent, comme la plupart des activistes.

Des oiseaux atteints de grippe aviaire au bord du Lac Léman.

Ce samedi 12 novembre, l’Office fédérale de la Sécurité Alimentaire et des affaires Vétérinaires (OSAV) ont confirmé la présence du virus de la grippe aviaire sur des oiseaux sauvages retrouvés morts sur les rives du lac Léman. Cette nouvelle découverte survient après l’épidémie de grippe aviaire qui s’étendait jusqu’à Vorarlberg, en Autriche voisine. Afin d’éradiquer cette épidémie, la Suisse, l’Allemagne et l’Autriche ont coordonné des mesures de prévention et ont mis en place des zones de contrôles. Les autorités ont renforcé la surveillance pour les lacs de Constance, Zürich, Bienne, Morat, Neuchâtel, Léman, le lac des quatre Cantons ainsi que les canaux de la Broye et de la Thielle.

Les oiseaux contaminés sont essentiellement des fuligules morillons et d’anatidés. La maladie est hautement contagieuse et transmise par les oiseaux migrateurs qui font étape en route pour retrouver leur abri hivernal. Le virus identifié est le même pour les deux cas et du type H5N8. Il se transmet par contact avec les déjections ou les fluides corporels. Des mesures de prévention sont édictées pour empêcher une transmission à la volaille domestique. Les zones de contrôles mises en place s’étendent sur trois kilomètres à partir de la rive de chaque lac. Ce protocole vise à éviter toute propagation du virus et contamination aux volailles domestiques. Il faut en effet à tout prix éviter une casse dans le domaine de l’aviculture, surtout avec l’approche des fêtes de fin d’année, où la consommation de foie gras est très prisée.

Jusqu’ici, rien n’indique que le virus est transmissible à l’homme. Toutefois, on conseille de « NE PAS TOUCHER ». Les personnes qui trouvent des cadavres d’oiseaux sauvages sont invitées à ne pas les toucher et à informer les surveillants de la faune, les gardes-pêche ou la police cantonale. De plus, aucune information ne confirme la contamination des exploitations agricoles suisse par le virus. L’épidémie a également été signalée dans cinq autres pays en Europe à savoir, la Hongrie, les Pays-Bas, la Pologne, la Croatie et le Danemark.

The US Election

Dans la nuit de mardi à mercredi, les États-Unis d’Amérique ont élu leur quarante-cinquième président. Bien qu’Hillary Clinton ait reçu plus de vote, c’est Donald Trump qui sera le prochain président des USA.

Par Julie Morvant-Mortreuil

Marie Charlotte Launay, Hadrien Lapierre & Solène Ekouda

Image
Image 1 ; 2 ; 3