Yann Barthes, trop grand pour le Petit Journal ? 


« Je ne présenterai plus Le Petit Journal la saison prochaine. Je souhaite écrire (…)  une nouvelle histoire et vivre de nouvelles aventures ». C’est en ces termes que Yann Barthes a annoncé à l’Agence France-Presse (AFP) son départ de l’émission et du groupe Canal.

Le Petit Journal est une émission phare du groupe Canal +, présentée depuis près de 12 ans par son fondateur, Yann Barthes, au départ sous forme de chroniques (2004-2011) dans Le Grand Journal de Michel Denisot, puis en tant qu’émission à part entière dès la rentrée 2011.

L’émission, qui mélange humour et information, est l’un des poids lourds du groupe Canal. Retenant régulièrement près d’un million de téléspectateurs, et ayant la particularité d’attirer une des audiences les plus jeunes de la télévision francophone, Le Petit Journal perd en plus de son présentateur vedette, une partie de son identité. En effet, le succès de l’émission reste d’avantage lié au personnage de Yann Barthes qu’à la qualité des différents sujets traités.

Cependant, le départ du présentateur de quarante et un ans ne poussera vraisemblablement pas Le Petit Journal vers la sortie à en croire le communiqué de la chaîne : « Canal remercie Yann Barthes et toute l’équipe de Bangumi (groupe de production du Petit Journal, ndlr)  pour les belles années passées ensemble. Bien sûr, Le Petit Journal reprendra à la rentrée sur Canal+ dans une formule rénovée. Elle sera dévoilée avec les nouvelles grilles des chaines de Canal+ cet été ».

Enfin, les fans de Yann Barthes auront la possibilité de le découvrir sous un autre angle, ce dernier ayant d’ores et déjà accepté un magazine hebdomadaire sur TF1 et une émission quotidienne sur TMC. Sa dernière du Petit Journal sera quant à elle présentée le 23 juin 2016.

 

Réussir en entreprise


Un récent sondage, réalisé par OpinionWay entre le 6 et 14 avril, a mis à jour un phénomène de société pour le moins étonnant. En effet, un peu moins de 75% des jeunes de 18 à 24 ans se disent « prêts à tout » pour faire évoluer leur carrière. 18 % d’entre eux seraient même prêts à passer une nuit avec leur supérieur pour y parvenir.

Tous âges confondus, ce sont les hommes (53% des sondés) qui ont le moins froid aux yeux (contre 47% des femmes) : ces derniers sont prêts à vanter leurs exploits professionnels (53%), à ne pas dire toute la vérité (39%), à approuver les idées de leurs boss (22%) et même à user de leurs charmes (22%). Un deuxième choc des générations se fait sentir à l’issu du sondage : 48% des salariés de plus de 50 ans interrogés pensent que ceux qui charment et flattent les chefs réussiront mieux leur carrière, contre seulement 26% des 18-24 ans.

Un changement de la vie en entreprise et de la perception employeur/employé se fait sentir et l’écart entre la génération X et Y est de plus en plus net.

 

Game of Thrones


Vous avez déjà regardé le dernier épisode de la saison 6 ? Voici un rappel des événements marquants et de leurs implications pour la suite de la série.

Si vous n’avez pas encore vu cet épisode numéro 3, arrêtez-vous ici !

Spoiler

Jon Snow est bel est bien de retour. « Ressuscité » par la sulfureuse Melissandra lors du précédent épisode, le Lord Commander est accueilli à son réveil par Ser Davos, qui semble avoir trouvé dans le bâtard de Winterfell un nouveau leader à seconder.

Après la pendaison de ses « assassins », dont le jeune Olly —ce qui ne manquera pas de réjouir les fans —, Jon, estimant probablement que sa « mort » le relève de son engagement dans la garde de la nuit, quitte son poste en prononçant la fameuse phrase : « my watch has ended ».
Que va-t-il désormais accomplir ? Le plus logique serait d’entreprendre la reconquête de Winterfell (aidé par les ses amis sauvageons ?), actuellement aux mains de Ramsay Bolton, qui vient par ailleurs de recevoir un « cadeau » de marque : Rickon Stark, le plus jeune frère de Jon.

Ce jeune frère qui se révélera peut-être être son cousin, puisque ce dernier épisode semble préciser une des théories les plus populaires dans l’univers de Game of Thrones. Cette théorie, connue sous le nom de « R + L = J », est liée aux origines de Jon Snow.

Officiellement, Jon est le bâtard de Ned Stark, ramené à Winterfell après la rébellion de Robert Baratheon et de Ned contre la dynastie Targaryen. Dans cette même version « officielle », le prince Rhaegar Targaryen a enlevé Lyanna Stark, soeur de Ned et promise de Robert, pour l’emprisonner dans la Tower of Joy.

Seulement, de nombreux indices dans les livres et la série laissent penser qu’elle aurait plutôt eu une idylle avec l’héritier Targaryen, idylle dont le fruit serait Jon Snow, d’où : Rhaegar + Lyanna = Jon. Ned l’aurait ensuite présenté comme son propre fils afin de le protéger de Robert, qui aurait été peu enclin à laisser un héritier Targaryen en vie. Et où Bran s’est-il retrouver en voyageant à travers le temps dans cet épisode ? A la fameuse Tower of Joy, précisément au moment où son père vient « délivrer » sa sœur.

Affaire à suivre…

 

Abbas Filali Meknassi, Arthur Chedozeau & Antoine Couson