Fantastic Beast And Where To Find Them
4.5Note finale

De David Yates


Sortie au cinéma le 16 novembre 2016 – Durée 2h13

 

Par Arthur Chedozeau

 

Fantastic Beast And Where To Find Them: Lumos !

En 2011, Harry Potter tirait sa révérence au cinéma. De nombreux vieux enfants avaient laissé le célèbre sorcier à la cicatrice sur le quai de la voie 9 ¾ tout en gardant dans un coin de leur tête l’espoir de le revoir un jour sur grand écran.

Quatre ans se sont écoulés avant que l’on retrouve Potter sur scène, dix-neuf ans après, accompagné de ses enfants et ses amis de longue date. Mais aujourd’hui, l’univers de J.K. Rowling s’est agrandi et nous découvrons Newt Scamander (Norbert Dragonneau pour les francophones) faire ses premiers pas dans une des villes les plus magiques au monde : New York City.

Newt Scamander, interprété par l’oscarisé Eddie Redmayne, est un jeune zoologiste qui achève son tour du monde aux Etats-Unis. Dès les premières scènes du film, J.K. Rowling nous plonge dans l’atmosphère de l’entre-deux guerres, où la montée en puissance d’un certain mage noir – Grindelwald – se fait ressentir. Par ailleurs, contrairement aux sorciers et sorcières anglais, les américains ont depuis les années 1790 instaurés une loi créant une ségrégation totale entre les magiciens et les No-Majs (synonyme américain de moldus). L’arrivée d’un zoologiste magique sur le nouveau continent attise donc les tensions présentes depuis quelques temps. Le monde des sorciers doit rester dissimulé de tous !

Contrairement aux huit films Harry Potter, Fantastic Beasts And Where To Find Them met en scène des protagonistes plus âgés, plus matures, dans un contexte déjà grave. C’est pourquoi la performance d’Eddie Redmayne, Katherine Waterston, A Fine Frenzy et Dan Fogler (respectivement trois sorciers et un No-Maj) apporte un note touchante, amusante et attendrissante au film. Ce quatuor, plutôt burlesque, est contrebalancé par un trio d’acteurs à la personnalité plus sombre (Colin Farell, Ezra Miller et Carmen Ejogo). Tous les acteurs apportent leur pierre à l’édifice et il souffle un vent de fraicheur sur le monde magique ! Notons tout de même que les fans de la première heure retrouveront de nombreux clins d’œil aux anciens films et livres, disséminés tout au long de ce long métrage.

Deux autres points méritent aussi d’être salués : les animaux magiques du film apportent une touche comique (grâce entre autre au petit Niffler) et fantastique, et leur animation est à couper le souffle. La musique est également un personnage à elle seule. Dès les premières notes, nous replongeons dans l’enfance, et nous nous revoyons dévorer les tomes d’Harry Potter et regarder les films en boucle. Jusqu’à la fin du générique, la bande son joue son rôle de madeleine de Proust.

Tout fan d’Harry Potter sera extrêmement fier de s’immiscer à nouveau dans le monde magique de J.K. Rowling, cinq longues années après les dernières aventures de Harry Potter. Le second volet de la penthalogie sort en 2018 : on meurt déjà d’impatience.

Et pour tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur le monde des sorciers aux Etats-Unis avant de voir le film, nous vous conseillons de lire des écrits inédits de J.K. Rowling sur Pottermore: Histoire de la Magie en Amérique du Nord, Le Congrès Magique des Etats-Unis d’Amérique ou encore sur les Ecoles de Magie dans le monde.