Quelques instants après l’annonce des résultats financiers, les conséquences ne se font pas attendre. Jusqu’à quel point la valeur de mon entreprise va-t-elle être affectée ? C’est le prix à payer quand on est un géant. Seulement, le trône ne peut accueillir qu’un seul roi. Cette fois-ci, c’est Volkswagen qui s’est emparé du royaume de l’automobile… si l’on adopte toutefois un certain point de vue. En effet, sur l’année 2016, VW a produit 137’818 modèles de plus que Toyota, totalisant chacun plus de dix millions de véhicules sortis d’usine.

L’infographie (ci-dessous) nous montre une toute autre réalité. Vainqueur sur le volume, VW est en revanche à la traîne en termes de productivité. Toyota arrive à sortir presque autant d’automobiles avec moitié moins d’employés !

Quant à la capitalisation boursière, VW a souffert du scandale des moteurs truqués et s’en sort avec 213 milliards de capitaux propres, à comparer aux 235 milliards de son concurrent nippon.

L’enjeu est grand pour une entreprise dont le produit principal est au centre des attentions ces derniers temps. Face au débat sur le réchauffement climatique, l’arrivée de la grande course ne pourrait pas être le nombre d’unités produites mais plutôt la capacité à se réinventer pour faire face aux besoins futurs. Toyota a pris le virage il y a déjà quelques temps avec son fameux modèle Prius, précurseur de l’hybride. Rendez-vous dans plusieurs décennies pour voir si le trône du roi allemand sera renversé.

Antoine Mathieu

Sources

J. Dupont-Calbo & P. Demoux, « La Chine fait de Volkswagen le numéro un mondial », Les Echos nº22373, 31 janvier 2017.

Image