Dans le cadre de la Semaine de l’Entrepreneuriat organisée par HEC Espace Entreprise, l’Université de Lausanne a eu la chance de devenir le théâtre de la durabilité le temps d’un workshop. Nous avons ainsi eu le plaisir d’accueillir un représentant d’Impact Hub pour sensibiliser les étudiants aux problèmes de l’économie linéaire et de notre logique de consommation excessive, avec le soutien de l’association Oikos Lausanne.

L’économie circulaire c’est quoi ?

Ce n’est pas un secret : la planète va mal et les gens en prennent conscience (les nombreuses grèves du climat en sont une excellente preuve). Une part de ce problème provient de notre mode de consommation actuel : on produit, on consomme, on jette, on rachète. En résulte un épuisement des ressources naturelles et une pollution accrue.

L’économie circulaire, c’est répondre à ce problème de gaspillage des ressources. Le principe est de limiter l’impact environnemental de notre consommation à travers des produits tournés vers la réutilisation. On distingue ainsi plusieurs objectifs de cette politique :

  • L’utilisation de produits non-toxiques
  • La réduction des différents types de produits utilisés lors de la conception des objets afin d’en faciliter le recyclage (certaines bouteilles peuvent, par exemple, utiliser 3 types de plastique différents ce qui complique grandement la tâche en fin de vie du produit)
  • L’émergence des produits modulaires et donc facilement réparables (comme le « Fairphone »)
  • L’encouragement des produits à forte longévité
  • Le remplacement des énergies fossiles par des énergies renouvelables
  • L’intégration des externalités négatives
Quelles solutions apporter ?

L’intérêt de ce workshop était bien entendu d’éveiller les consciences des étudiants vis-à-vis de ces problèmes. Pari réussi pour les organisateurs, la trentaine de cerveaux présents ont pu réfléchir à l’impact de quatre produits de notre quotidien : le téléphone, le t-shirt, le stylo et les gobelets à café jetables.

Force est de constater que tous ces objets, aussi basiques et habituels soient-ils, ont un impact insoupçonné, que ce soit à travers l’extraction des matières premières, la production, l’emballage, le transport des composants, l’utilisation ou, bien entendu, la fin de vie des produits.

Les groupes de travail ont ainsi pu proposer quelques solutions, de manière ludique, afin de remédier aux nombreux problèmes d’externalités négatives et de pollution de ces objets. Certains proposaient par exemple d’encourager les stylos réutilisables en mettant plus facilement à disposition de l’encre afin d’encourager la longévité de ces produits. D’autres proposaient de favoriser le remplacement des gobelets en plastique et en carton par des produits recyclables, comme des gobelets en marc de café (oui oui, cela existe !). Enfin, certains mettaient en avant diverses solutions d’accroissement de la longévité des smartphones, notamment de leur batterie à travers le software.

Une chose est sûre, des solutions existent, et ce workshop nous en a bien donné la preuve. Au nom de tous les étudiants présents à cet événement, nous tenons à remercier Oikos et l’équipe Impact Hub pour l’organisation et pour le temps accordé. Vous pouvez suivre les diverses conférences organisées par Impact Hub Lausanne sur leur page facebook ainsi que sur leur site internet.

Alex Oktay