Mars 2020 : La première pandémie du siècle est arrivée. En d’autres termes, cela signifie : l’isolement dans tous les domaines sociaux.

Nous pouvons constater que depuis la propagation du coronavirus, il y a beaucoup d’industries touchées. Néanmoins, et personne ne peut dire le contraire : pour le moment, il n’y a pas d’industrie plus touchée par le Coronavirus que l’industrie aéronautique. En isolant les personnes, cela contredit la véritable signification de l’aviation, qui est de rassembler les gens.

La première solution à laquelle le gouvernement chinois a pensé a été d’interdire les voyages en provenance et à destination de la Chine. En effet, tout a commencé là, mais le virus s’est ensuite échappé et s’est donc propagé en Corée du Sud, puis en Iran et enfin en Italie. Lorsque le virus a touché les terres italiennes, il est rapidement parti pour s’étendre à toute l’Europe. C’est jusqu’à ce moment que, pour les compagnies aériennes, la situation est devenue grave.

Comme nous le savons, l’Europe abrite, en termes de recettes, trois des six plus grandes compagnies aériennes du monde: le groupe Lufthansa, Air France/KLM, Aer Lingus, British Airways, Iberia, LEVEL, Vueling. Puis, bien sûr que personne ne veut aller au cœur d’une pandémie. Dans le cas présent : l’Europe

Le mercredi 11 mars 2020, la télévision a été diffusée et allumée pour montrer le président américain Donald Trump assis derrière son bureau pour discuter du Coronavirus. Le président américain a fixé des règles : une interdiction totale de tout voyageur étranger en provenance d’Europe. C’était une nouveauté pour nous tous, ce qui veut dire que les choses sont plus sérieuses que ce que nous l’avions cru.

Nous devons garder à l’esprit que l’Europe et les États-Unis sont deux des régions les plus liées culturellement et économiquement au monde, et une interdiction de voyager a été un choc énorme. L’Atlantique Nord accueille l’un des flux de vols long-courriers les plus importants au monde. Plus de 1 700 avions par jour traversent l’Atlantique, dont un grand nombre de ces énormes gros-porteurs. Ces vols sont parmi les plus rentables pour les compagnies aériennes et cette coupure a bousculé leurs sources de revenu.

En parlant des plus grandes compagnies aériennes américaines, Delta, United Airlines et American Airlines rejoindraient les 3 grands européens pour voir leur demande réduite par le virus. Les six plus grandes compagnies aériennes du monde en termes de chiffre d’affaires sont entrées en crise. Au-delà des vols transatlantiques, les chiffres du trafic intra-européen et du trafic intérieur américain sont tombés d’une falaise.

Prenons l’exemple de United Airlines, la quatrième compagnie aérienne mondiale, qui a publié un communiqué de presse annonçant une réduction de 60 % de sa capacité de vol en avril 2020. Malgré ces réductions drastiques, elle a prédit un coefficient de remplissage moyen, c’est-à-dire un taux de remplissage de ses avions de 20 à 30 %. Depuis lors, elles ont encore réduit le nombre de vols.

Presque toutes les compagnies aériennes d’Europe ont commencé à enregistrer des réservations « nettes négatives », ce qui signifie qu’elles remboursent plus de réservations qu’elles n’en reçoivent. Certaines autres compagnies aériennes, dont Qantas, Virgin Australia, WestJet et d’autres, ont décidé d’annuler tous leurs vols, sauf leurs vols intérieurs. D’autres, telles que LOT, Brussels Airlines et Austrian Airlines ont décidé de fermer complètement leurs portes pour quelques semaines ou quelques mois.

La seule chose que les compagnies aériennes pouvaient savoir dorénavant, c’est que le pire est arrivé depuis le 11 septembre.

/Users/marieborgeat/Library/Containers/com.apple.mail/Data/Library/Mail Downloads/0C9B3E4A-96C0-4464-8F4A-6DD5FA289B20/IMG_3521.jpeg

Maintenant, si nous abordons la question du prix du kérosène, c’est une autre histoire. C’est le sous-produit d’une guerre des prix entre deux des plus grands producteurs de pétrole du monde : l’Arabie Saoudite et la Russie.

Les deux pays ont longtemps travaillé ensemble pour limiter la production en fonction de la demande et donc plus ou moins contrôler les prix du pétrole. Cependant, après le refus de la Russie de réduire sa production, l’Arabie saoudite a réagi en réduisant les prix et en augmentant la production afin de mettre la Russie hors-jeu.

Ainsi, le même baril de kérosène qui aurait coûté 60 dollars aux compagnies aériennes en février ne coûte plus que 40 dollars en mars 2020. C’est une réduction importante du coût le plus élevé des compagnies aériennes et, si ce n’était de la plus forte baisse de la demande dans l’histoire de l’aviation, elles célébreraient une énorme augmentation de leurs bénéfices.

En pleine crise, cependant, ils remportent la petite victoire des pertes réduites. Mais, si nous regardons ce qui s’est passé dans l’industrie aéronautique, dans son ensemble, ils ne se sont jamais vraiment remis des effets du 11 septembre. C’est parce que le mot « remis » implique un retour au même stade avant le choc, ce qui n’est jamais arrivé après le 11 septembre, et qui n’arrivera certainement jamais après le COVID-19.

Il y a une chose qui est sûre, cette pandémie a causé des graves problèmes pour l’industrie de l’aéronautique. Nous ne pouvons pas savoir l’avenir de celle-ci si le virus continue de se propager à la vitesse actuelle. Cependant, tout dépendra des gouvernements, des organisations et surtout par la manière dont chaque individu décide de réagir face au COVID-19.

Gabriela Baechler
Cliquez sur la photo pour plus d’articles !