Une image contenant texte, mur, conception, Rectangle Description générée automatiquement

HEConomist à Watches and Wonders

Last updated:

Depuis maintenant un peu plus de 3 ans, Genève se mue en grande capitale mondiale de l’horlogerie durant le mois d’avril. En outre des grandes marques de montres qui ornent les bâtiments bordant les quais et nous rappellent à quel point l’horlogerie est importante pour la cité de Calvin, un évènement annuel particulier inscrit définitivement la capitale genevoise comme centre planétaire de l’horlogerie haut-de-gamme : Watches and Wonders.

Watches and What ?

Watches and Wonders est un salon horloger d’une semaine qui se tient à Palexpo chaque année au mois d’avril. Dédié initialement aux professionnels de la branche, il est également ouvert au public durant le week-end, et ce depuis 2022. Auparavant nommée Salon International de la Haute Horlogerie (SIHH), Il a été créé à l’initiative de plusieurs marques genevoises à la suite de la débâcle de Baselworld (anciennement le grand salon de l’horlogerie et de la joaillerie, se tenant à Bâle, qui a cessé d’exister en 2020 à la suite de la défection de nombreux grands acteurs). Le groupe Richemont (à qui appartient Cartier, Van Cleef & Arpels, IWC, Jaeger-LeCoultre, Panerai ou encore Piaget) était déjà présent depuis plusieurs années à Palexpo au sein du SIHH, et il a été rejoint par Rolex, Tudor, Patek Philippe, Chopard et Chanel en 2020, qui ont annoncé leur intention de ne plus participer à Baselworld. A la différence de ce dernier, qui était organisé par une entreprise privée, Watches and Wonders est chapeauté par une fondation, au sein de laquelle siègent, entre autres, le CEO de Rolex, Jean-Frédérique Dufour, et celui de Cartier, Cyrille Vigneron. C’est donc un salon par l’industrie, pour l’industrie qui s’est créé, afin de répondre aux besoins des marques horlogères.

Que se passe-t-il donc lors de ce fameux salon ? La raison principale de son existence est d’offrir aux marques d’horlogerie de luxe une plateforme afin de présenter et d’exposer leurs nouveautés et leurs collections, d’accueillir presse, influenceurs, détaillants et clients importants en un lieu unique. Du samedi au lundi, le salon est également ouvert au public (prix du billet entre CHF 50.- et CHF 70.-), ce qui permet aux amateurs et autres passionnés de montres de venir rêver l’espace d’une journée ou deux.

HEConomist s’est donc rendu, pour vous (et pour le plaisir personnel de l’auteur), au salon Watches and Wonders lors du dernier jour d’ouverture. Que vous connaissiez ou non l’évènement, nous vous proposons de plonger au sein du plus grand salon d’horlogerie du monde. Suivez le guide !

Palexpo version hôtel 5 étoiles

Si vous avez déjà foulé le sol du centre d’exposition Palexpo, préparez-vous à être dépaysé. Celui-ci se déguise l’espace d’une semaine en hall d’hôtel 5 étoiles, avec moquette couleur brun clair, jeux de lumière complexes, murs blancs habillés de poteaux majestueux, canapés, plantes ornementales et bars à champagne. La première chose qui frappe lorsqu’on passe la sécurité, c’est l’immensité et la démesure, tant physique qu’esthétique, des stands et du salon. Les plus grosses marques ont érigé de véritables petits immeubles, bijoux architecturaux à côtés desquels les visiteurs peuvent déambuler sans fin tant les mètres carrés s’enchaînent à n’en plus finir. Et des mètres carrés, il en faut pour permettre aux 54 marques exposantes de mettre en valeur chacun de leurs nouveaux modèles dans un univers qui leur est propre !

Une image contenant intérieur, décoration d’intérieur, mur, plafond Description générée automatiquement
1: Palexpo transformé pour l’occasion

A l’intérieur du salon, le monde de l’horlogerie s’ouvre à vous. Chacune des marques présente possède son propre stand qui lui est unique, au sein duquel elle va chercher à transporter les visiteurs dans son monde et ses créations au travers d’une décoration et d’un aménagement spécifique.

Les marques du groupe Richemont

Ce sont les marques du groupe Richemont qui sont tout d’abord à l’honneur. Les onze marques du groupe sont reliées entre elles par un majestueux hall commun à l’aspect luxueux. A. Lange & Söhne, marque de haute horlogerie allemande, nous en jette pleins les yeux avec un modèle « XXL » (et fonctionnel !) de sa nouveauté, un chronographe tourbillon calendrier perpétuel (si vous n’êtes pas expert, cet alambiquage signifie une montre très compliquée et très chère) en or, qui permet d’admirer sans loupe chacun des détails de la montre. La marque allemande en profite pour démontrer son expertise en matière de mouvements mécaniques, dont on peut apercevoir les différentes déclinaisons derrière une vitre.

Une image contenant texte, intérieur, mur, horloge Description générée automatiquement
2: Le stand A. Lange & Söhne
Une image contenant horloge, intérieur, mur, regarder Description générée automatiquement
3: La version grande taille de leur nouveauté
Une image contenant métal, horloge, intérieur, Pièce auto Description générée automatiquement
4: Le verso de la montre, maquette géante de son mouvement
Une image contenant texte, horloge, regarder, Montre analogique Description générée automatiquement
5: La version « taille réelle »

Quelques mètres plus loin, nous trouvons le stand de Jaeger-LeCoultre, autre spécialiste de la montre compliqué. La marque nous propose une nouvelle démonstration de savoir-faire, avec un petit film retraçant son histoire, diffusé sur deux grands écrans, au-dessus d’un grand socle imitant une forge, effets pyrotechniques à l’appui. Aux quatre coins du stand, des horlogers sont affairés à décorer des pièces afin de proposer un aperçu du savoir-faire de la maison devant les yeux admiratifs des visiteurs. Autre expérience proposée, une dégustation d’amuse-bouche concoctés en collaboration avec un chef étoilé, afin de ravir ses papilles après en avoir pris plein la vue.

Une image contenant texte, intérieur, menu, nourriture Description générée automatiquement
6: La forge artificielle de Jaeger-LeCoultre, surmontée de deux écrans
Une image contenant personne, habits, mur, intérieur Description générée automatiquement
7: Les horlogers, occupés à décorer des pièces d’horlogerie

Une image contenant mur, intérieur, personne, microscope Description générée automatiquement

Juste en face se tient le stand du joailler Van Cleef & Arpels. La marque de la place Vendôme nous convie dans un univers à mi-chemin entre forêt enchantée et jardin luxuriant, exhibant tout son savoir-faire de bijoux et montres à motifs floraux. En plus d’exposer des modèles de montres et pendules d’une grande poésie, Van Cleef a pris l’habitude de proposer un des plus beaux, si ce n’est le plus beau stand du salon. C’est une attraction à ne pas manquer lors des prochaines éditions de Watches and Wonders !

Une image contenant texte, art, capture d’écran, conception Description générée automatiquement
8: Le stand Van Cleef
Une image contenant Bleu Majorelle, habits, aquarium, personneDescription générée automatiquement
9: Ambiance forêt enchantée garantie

Quelques mètres plus loin, la marque Schaffhousoise IWC a posé ses valises. Le thème de cette année tourne autour de la mesure du cycle des marées et de la lune. Afin de mettre en avant sa dernière nouveauté, une montre capable d’afficher la bonne date jusqu’à la fin du calendrier grégorien (c’est-à-dire pendant 400 ans) et dotée d’une phase de lune (affichage du cycle de la lune), IWC a disposé ses modèles sur un grand plateau rappelant le cadran de sa nouveauté phare, recouvert d’une fine couche d’eau, le tout surmonté d’une lune géante.

Une image contenant intérieur, plafond, salle de bain, baignoireDescription générée automatiquement
10: La lune géante au-dessus des plateaux de montres
Une image contenant texte, horloge, regarder Description générée automatiquement
11: Le calendrier éternel, dont le cadran rappelle la grande table ci-dessus

Lorsque l’on s’aventure du côté de ce que le groupe Richemont possède de plus haut-de-gamme, Vacheron Constantin nous offre la montre avec le plus de cmplications jamais produite, qui ne compte pas moins de 63 complications (une complication est une fonction supplémentaire de l’affichage des heures, minutes et secondes) et 2’877 pièces, tandis que Roger Dubuis nous propose une démonstration de tour de magie en faisant léviter montres et mouvements dans des tubes en verre servant de présentoir. Ressemblant plus à une version miniature d’une horloge astronomique sortant tout droit du XVIIIème siècle, la création de Vacheron Constantin, un modèle unique commandé par un collectionneur, n’en demeure pas moins impressionnante, ne serait-ce que par les 11 années de recherche et développement qu’elle a nécessité.

Une image contenant motif, passoire, ustensiles de cuisine Description générée automatiquement
12: Chez Roger Dubuis, la magie opère grâce aux créations qui flottent sans aucun soutien physique
Une image contenant cercle, ampoule, léger, intérieur Description générée automatiquement
13: La montre ultra-compliquée de Vacheron Constantin

En parlant de magie, c’est également le thème choisi par Cartier, qui nous accueille dans un stand façon luxe à la française, très épuré. La marque parisienne expose cette année quelques pièces historiques « mystérieuses », jouant d’illusions d’optique et de mécanique bien pensée afin de tromper l’œil du spectateur, en plus de ses nouveautés. A l’opposé, la marque Ulysse Nardin a décidé de ne pas se cacher en habillant le sol de son stand d’une immense montre (bien que la lecture complexe de l’heure la fasse plus ressembler à un vaisseau spatial qu’à une montre de poignet), qui se réfléchit dans un gigantesque miroir incliné à 45 degrés au plafond, ce qui permet des photos quelque peu insolites.

Une image contenant intérieur, scène, plafond, murDescription générée automatiquement
14: Le stand Cartier, qui s’étend à gauche et à droite de l’image, est un des plus grands du Salon
Une image contenant mur, habits, intérieur, chaussures Description générée automatiquement
15: Ambiance classe et raffinée au rendez-vous
Une image contenant art, intérieur, Plafonnier, bâtiment Description générée automatiquement
16: Chez Ulysse Nardin, on rentre littéralement dans la création de la marque

Hall principal

Un peu plus loin, nous trouvons le hall principal de Watches and Wonders, qui gagne en hauteur de plafond et en taille des stands. C’est ici que nous retrouvons les plus grandes marques, dont les édifices comprennent jusqu’à 3 étages et abritant salons, salle de réunions, expositions ou encore bars à cocktails.

Une image contenant plafond, scène, intérieur, lobbyDescription générée automatiquement
17: Le hall principal de Watches and Wonders

Rolex, Patek Philippe, Chanel, Chopard, les visiteurs pourront admirer dans cette partie du salon les nouveautés des marques les plus reconnues du secteur. En ce qui concerne l’aspect visuel des stands, l’ADN de chaque marque a ici pris le dessus sur l’ambiance feutrée et homogène constatée auparavant. Les structures se parent de couleurs, décorations et autres éléments esthétiques spécifiques aux différents acteurs présents dans cet espace. L’immense stand Rolex scintille, recouvert de lumières, alors que le stand Tudor adjacent affiche un combo rouge et noir résolument plus sportif. Le stand de Patek Philippe en face se pare d’une façade en verre tandis que Chopard a décidé de recréer une boutique digne d’un flagship de centre-ville huppé. Au milieu de tout cela, la foule se presse pour admirer les nouveautés de la marque à la couronne, no 1 du secteur, alors qu’une file se forme afin de participer à la visite de l’intérieur du stand Tudor. Lors de cette dernière, on nous indique le travail requis pour assembler le stand : sept semaines pour le montage et quatre pour le démontage, impressionnant.

Une image contenant plafond, bâtiment, habits, intérieurDescription générée automatiquement
18: Le gigantesque stand Rolex
Une image contenant homme, habits, plafond, personnesDescription générée automatiquement
19: La décoration intérieure rappelle les éléments présents sur les montres GMT Master II, thème de cette année
Une image contenant intérieur, plafond, Grand magasinDescription générée automatiquement
20: Le stand Patek, tout de verre vêtu
Une image contenant intérieur, habits, sapin, décoration d’intérieur Description générée automatiquement
21: Chopard nous propose une expérience proche de celle en boutique
Une image contenant personne, habits, homme, vêtement de protectionDescription générée automatiquement
22: Tudor mise cette année sur les courses de voile
Une image contenant habits, femme, plafond, hommeDescription générée automatiquement
23: La compétition entre marques dépasse l’univers horloger entre Tudor et Panerai
Une image contenant horloge, mur, art, dessin humoristique Description générée automatiquement
24: Chanel se permet une piqûre de rappel de ses origines en tant que maison de couture

Juste avant la fermeture du salon, il est indispensable d’aller jeter un œil dans le coin des plus petites marques indépendantes. C’est en effet là que l’on trouve les acteurs les moins connus de l’industrie, mais également les plus exclusifs et innovants. Dans un espace un peu à part, les petits stands de quelques mètres carrés se côtoient en offrant à la vue des montres d’une technicité et d’une beauté peu égalée.

Une image contenant plafond, scène, intérieur, décoration d’intérieurDescription générée automatiquement
25: Au sein du carré des horlogers, espace réservé aux petites entreprises indépendantes
Une image contenant horloge, regarder, Montre analogique, Accessoire de mode Description générée automatiquement
26: Un aperçu de ce que l’on peut y trouver

Une image contenant horloge, regarder, Accessoire de mode, Montre analogique Description générée automatiquement

Et en dehors des vitrines ?

Si vous désirez voir en détail chaque nouveauté et pouvoir en discuter un peu avec le personnel présent sur les stands, une journée complète ne sera pas de trop. En revanche, si le lèche-vitrine vous lasse rapidement, qu’y a-t-il d’autre à faire à Watches and Wonders ?

En plus des visites guidées organisées par les marques ou par le salon, plusieurs conférences ont lieu chaque jour. Celles-ci se penchent entre autres sur les tendances du marché, les défis à venir, des questions de passionnés, le fonctionnement de certains mécanismes ou encore l’histoire de l’horlogerie ; en résumé, il y en a pour tous les goûts. Certaines marques organisent également des animations sur leur stand : quizz, jeux concours, workshop, ainsi que les très demandées sessions de touch and feel (qui permettent de toucher et manipuler les nouveautés) sont accessibles à tous les visiteurs. Pour les férus de technologie, un espace est spécialement dédié aux projets de nouvelles technologies liées à l’horlogerie, au sein duquel on peut entendre parler blockchain, laser, design avant-gardiste et réalité virtuelle. Une exposition photo se tient également dans l’enceinte de Watches and Wonders.

Une image contenant intérieur, décoration d’intérieur, mur, meubles Description générée automatiquement
27: Un dernier coup d’œil avant de partir…

En conclusion

Bien que certaines marques permettent de toucher et prendre en main leurs modèles, pouvoir manipuler des montres reste tout de même relativement rare. S’il est impératif pour vous de pouvoir essayer les produits, une expérience en boutique sera bien plus valorisante, surtout au vu du prix des billets d’entrée au salon. En revanche, si vous êtes un passionné d’horlogerie, de mécanique, de luxe, ou juste très curieux, je vous recommande vivement de tester l’aventure Watches and Wonders. La beauté des stands et de la décoration justifie presque à elle-seule de venir une fois au salon, si l’on rajoute ensuite le nombre exceptionnel de montres exposées, nous avons de quoi régaler n’importe quelle personne un tant soit peu intéressé par l’horlogerie. Tout ceci explique le succès de Watches and Wonders, qui a accueilli cette année pas loin de 50’000 visiteurs venant des quatre coins du monde.

 

Matthieu Seppey
Matthieu Seppey
Cliquez sur la photo pour plus d’articles !