Ton échange au Pays-Bas: Maastricht University

Localisation : Maastricht, Pays-Bas

Type d’accord : SEMP – Bachelor et Master

Bourse : 300 CHF / mois de séjour

Délai de candidature : 20.02


Pourquoi avoir choisi cette destination ?

J’ai eu la chance de voyager aux Pays-Bas il y a quelques années et j’avais adoré les hollandais, leur style de vie et leur attitude. Ils sont très ouverts d’esprit, adorent faire la fête et parlent tous anglais.

J’ai choisi la ville de Maastricht puisque dans les autres villes les cours étaient uniquement en hollandais (je ne sais pas si d’autres partenariats se sont établis depuis). Ne parlant pas la langue, c’était mon seul choix aux Pays-Bas. Je n’avais pas beaucoup entendu parler de cette ville (excepté pour son traité) mais le peu que j’en savais était que c’était petit et très sympathique. J’ai donc décidé d’y postuler!

De plus, en regardant de plus près l’université, j’avais vu qu’elle enseignait selon le « PBL » (Problem Based Learning ) qui me correspondait parfaitement et qui est très différent du modèle HEC ! Cela m’a donc véritablement convaincue d’y aller !

 

Quel était le niveau des cours ?

Les cours n’étaient pas particulièrement difficiles, comparés à nos cours en HEC. Il y a même des cours vraiment faciles mais ils demandent un temps de travail plus important. Il faut s’attendre à devoir lire environ 1’000 pages d’articles universitaires par semaine et à avoir des devoirs/présentations de 45 minutes à 1h30 par travaux de groupes à rendre chaque semaine..

Vous serez libres de trouver les informations, mais on vous tiendra par la main en cas de problème et pour s’assurer que vous travaillez.

Personnellement, je n’ai pas opté pour la facilité mais j’ai tout de même fait attention à avoir un emploi du temps arrangeant (les dates et heures des cours étant données) et des conditions d’examens favorables (avec examen ou non, avec participation ou non etc.). Je m’étais imposée beaucoup de travail mais qui à été récompensé par d’excellentes notes. J’ai, au final, beaucoup appris. Ce n’était pas très difficile mais il fallait véritablement travailler.

On peut choisir cinq cours au total, le cinquième faisant partie des « skills » et étant facultatif. Avec un total de trente crédits maximum. Ce sont toujours des cours de demi semestre l’organisation du semestre étant la suivante : deux cours pendant sept semaines suivis d’une semaine d’examens, puis une nouvelle fois deux cours pendant sept semaines suivis d’une semaine d’examens avant deux semaines de vacances et deux semaines de « skills » en janvier.

J’ai particulièrement aimé le cours de « Economics and Sociology, Investment Analysis and Portfolio Management », ainsi que le « Skills Course » de « Presentation Skills » qui déstabilise les étudiants

 

Combien ça coûte ?

L’hébergement est de moins bonne qualité qu’en Suisse mais à un prix vraiment réduit. On peut facilement trouver des chambres dans des collocations sympathiques pour 350 – 400 € par mois charges comprises. Personnellement j’étais en plein centre dans un appartement superbe avec deux colocataires, une salle de bain privée pour 550€ charges comprises.

La scolarité ne coûte rien, hormis les copies qu’il faut payer a chaque fois ce qui peut devenir cher si vous imprimez systématiquement vos articles. En ce qui concerne les livres, j’ai dû en acheter un seul et à ce à un prix raisonnable.

Les bus sont très chers, environ 3€ la course. Mais tout se fait à vélo (par temps de pluie, il vous faudra du courage et de l’équipement). En revanche, le train est peu cher.

La nourriture est vraiment abordable comparée à la Suisse, même moins chère qu’en France ; cependant de moins bonne qualité.

En bref, avec votre budget suisse vous serez les rois du monde ! Par contre tout est de moins bonne qualité.

 

Où se loger ?

Maastricht est vraiment minuscule, tout est atteignable en 15 minutes en vélo. Vu le prix de l’hébergement je conseillerais vraiment le plein centre, et déconseillerais les logements d’étudiants proposés par l’université (en dehors du centre et franchement lugubres). L’université est au centre ville, aucun problème pour y aller à pied ou à vélo. J’ai trouvé mon appartement sur Facebook en consultant des annonces sur les groupes de logement.

Je vous conseille aussi d’habiter en collocation, c’est vraiment pratique pour connaître facilement des personnes sur place et ainsi recevoir des conseils sur la ville. De plus, vous pourrez faire d’importantes « house party » !

 

A-t-il été facile de rencontrer des gens ?

Tout le monde est très accueillant! Il y a de nombreuses journées dédiées aux étudiants en échange chaque semestre (pour l’université entière, pas uniquement la SBE), et un programme « MyBuddy ». Il y a aussi une association qui fait des événements destinés aux étudiants en échange, mais auxquels tout le monde participe : « Pub crawl », « party bus » pour des festivals, excursion dans les villes et autres.

Les cours favorisent également le contact car constitués de groupe de 15 étudiants et des groupes de travail de maximum 6 étudiants. Je sus personnellement restée d’avantage avec des non-Erasmus.

Je tiens tout de même à préciser que la majorité des étudiants en échange sont là pour visiter l’Europe, ils viennent donc d’Asie, du Canada, des USA etc. et voyagent en grands groupes d’université.

 

Bilan de ton expérience : Que retiens-tu ?

Je ne suis restée qu’un semestre.

Le système d’apprentissage PBL (Problem Based Learning) oblige l’étudiant à toujours participer, débattre et faire des présentations, le tout en anglais. Selon moi c’est un énorme plus de pouvoir entraîner ces « softs skills » puisqu’à HEC nous n’en n’avons pas beaucoup l’occasion.

Sinon, vivre dans une ville où tout se fait à pied ou à vélo (avant de se le faire voler) est vraiment une superbe expérience!

 

Quel a été le plus grand challenge ?

La particularité de Maastricht est qu’il y a plus d’étrangers que de Hollandais à l’université. La majorité des étudiants sont allemands, la petite majorité belges et les derniers hollandais. Beaucoup rentrent chez eux pour le week-end et restent entre eux pour parler leur langue maternelle. S’intégrer à ces groupes n’est pas très facile, mais je ne m’inquiète pas pour vous !

Je ferai tout de même un commentaire sur les drogues vu que l’on parle des Pays-Bas. L’achat de cannabis est légal à Maastricht (les champignons hallucinogènes également il me semble, mais à vérifier), cependant il faut être hollandais ou résidents pour pouvoir s’en procurer légalement. Il y a donc comme à Amsterdam des Coffee shop où l’on peut faire ses propres emplettes. Les Hollandais n’en consomment pas beaucoup mais les étrangers en usent particulièrement, à vous de faire votre choix! Les drogues dures sont aussi très faciles d’accès malgré le fait qu’elles soient illégales, beaucoup de personnes en prennent pour des soirées « classiques » et vous en proposeront.

C’est en somme facile de se laisser aller, mais il faut savoir se gérer et dire non!

 

Coordonnées :

eva.savioz@gmail.com

Savioz, Eva

image