Histoire

En 1986, The Economist invente l’indice “Big Mac”, un indice simple et facile à comprendre, permettant de comparer les monnaies les unes avec les autres, et déterminer ainsi lesquelles sont sous-évaluées, surévaluées ou équilibrées. Comme vous l’avez appris de vos cours de macroéconomie, une monnaie surévaluée perdra de la valeur afin de se rapprocher de son équilibre et vice-versa.
Pourquoi donc avoir choisi ce sandwich comme point de comparaison ? La principale raison est la présence du Big Mac dans presque tous les pays du monde. Il est quasiment identique, qu’on le mange aux Etats-Unis, en Suisse ou bien en Chine.

L’indice Big Mac : comment ça marche ?

L’indice BigMac

Prenons simplement l’exemple de la table ci-dessus. La première colonne donne le prix en dollars du Big Mac, la seconde la parité de pouvoir d’achat (soit le prix local divisé par le prix en dollars) et enfin la dernière colonne nous informe si la monnaie étrangère est sous-évaluée ou surévaluée.
En prenant en exemple le Japon, le prix du Big Mac est de 210 yen. Si l’on divise ce nombre par la parité de pouvoir d’achat afin d’obtenir le juste prix en dollars, on obtient $2.33. Si à nouveau, on divise $2.33 par le prix du sandwich dans le pays de l’oncle Sam ($2.9), on obtient 0.8. Cela signifie que la monnaie japonaise est sous-évaluée par rapport au dollar de 20%. Si la monnaie nippone était à l’équilibre, le prix serait égal, une fois la parité de pouvoir d’achat ajustée.

Critiques

Attention néanmoins. L’indice Big Mac est une mesure très vulgarisée, souvent présentée pour rendre plus compréhensible et accessible le concept de taux de change. Cet indice présente deux défauts. Premièrement, bien que ce soit un sandwich uniformisé, ce n’est pas exactement le même partout dans le monde. Il va de soi que la version indienne ne contient pas de bœuf, ou encore que la qualité de la viande requise n’est pas la même en Suisse qu’aux Etats-Unis.
Aussi, au-delà des ingrédients, n’oublions pas également les coûts des loyers, des salaires et autres charges qui ne sont absolument pas comparables (en Suisse, l’employé est payé 20 CHF de l’heure environ, contre $10 aux Etats-Unis).

Au final, gardez donc à l’esprit que l’indice Big Mac, bien qu’il soit sympathique et facile à comprendre, reste imprécis. Vous savez désormais pourquoi le McDonalds est si cher en Suisse (ce qui ne nous empêche pas d’y aller, entre nous !)

Martin Boujol

Sources

http://www.economist.com/content/big-mac-index

https://www.mcdonalds.ch/sites/default/files/bur-bigmac-big_0.jpg (image)

http://www.cfo.com/images/The_Hamburger_Standard.gif (graph)

MONTIEL, Peter J., International Macroeconomics, 2009, pp. 56-57