Renovate Switzerland: Une fausse bonne idée ?

Cela fait maintenant plusieurs années que les mouvements de résistance civile prolifèrent à travers le monde occidental. La Suisse ne fait pas figure d’exception, avec notamment la création récemment d’un mouvement appelé Renovate Switzerland (RCH). Ce dernier, soutenu par la professeure de l’Université de Lausanne Julia Steinberger, émane de la volonté commune de plusieurs activistes suisses pour le climat. Depuis avril 2022, le mouvement mène différentes actions, dites non violentes, afin de faire réagir le gouvernement helvétique et, de manière plus large, la population suisse sur les problématiques climatiques. Contactés par notre journal, ils nous ont permis de voir plus clair sur leurs actions.

Un projet louable

Les militants et militantes de RCH souhaitent une action forte du Conseil fédéral pour la rénovation de bâtiments en Suisse afin d’éviter un gaspillage énergétique conséquent. Pour rappel, aujourd’hui, un million de maisons sont considérées comme peu ou mal isolées en Suisse sur un total d’1,7 million. Pour pallier ce sérieux problème, la confédération lançait en 2010 le programme bâtiments visant entre autres à promouvoir l’assainissement énergétique des bâtiments par le biais de subventions. Malgré ces mesures incitatives, seul 1% des maisons ont été rénovées [2]. Ce constat est d’autant plus problématique que le chauffage par moyen thermique est encore très répandu dans notre pays, notamment le mazout.

On peut donc comprendre l’urgence avancée par les activistes.

Une demande précise

Les activistes de Renovate Switzerland exigent que 4 milliards de francs soient débloqués par le Conseil fédéral afin de rénover un maximum de bâtiments et d’ainsi soutenir plus de 100’000 emplois dans le secteur [1]. Cette demande très précise, détonne dans les milieux associatifs de protection pour le climat. En effet, il n’est pas question de décroissance ou d’économie alternative, demandes qui bien souvent n’engagent pas de mesures concrètes et précises. RCH va droit au but et comme ils nous l’expliquent par téléphone, cela fait aussi partie de leur stratégie. En empochant cette victoire, les militants espèrent redonner de la force aux mouvements de sauvegarde du climat.

Le consensus autour de la rénovation des bâtiments en Suisse est clair tant au niveau de la population qu’au niveau institutionnel [5]. Le parlement suisse a d’ailleurs récemment accepté par une large majorité, un contre-projet ambitieux à l’initiative pour les glaciers [4]. Ce dernier prévoit notamment de financer le remplacement des chauffages au mazout et que les bâtiments n’émettent plus de CO2 d’ici à 2050. Malgré ce soutien politique, pourquoi cette organisation n’arrive-t-elle (toujours) pas à ses fins ?

Une méthode contestée

Renovate Switzerland fait de la désobéissance civile son cheval de bataille. C’est notamment en bloquant des axes routiers très fréquentés, que les militants espèrent contraindre le Conseil fédéral à réagir au plus vite. Selon le mouvement, la forte affluence médiatique autours ces manifestations est évidemment positive. Leur volonté est de médiatiser la question du changement climatique et de la nécessité des rénovations. Le danger est cependant que l’on s’attarde davantage sur la forme que sur le fond.

Car en agissant de la sorte, les associations de défense du climat, au même titre qu’Extinction Rebellion, risquent de se mettre une importante partie de la population à dos. Le blocage d’un axe routier, surtout s’il est fortement fréquenté, agace probablement les usagers de la route.

Même si leur motivation principale est une action du Conseil fédéral, il paraît sensé qu’un soutien fort de la population les aide à atteindre leur but ; surtout dans un pays démocratique comme le nôtre. C’est là toute la difficulté de Renovate Switzerland. En effet, ils manifestent pour un sujet sur lequel le consensus est clair ; personne n’ose prétendre qu’il ne faut pas rénover les vieilles maisons. Pourtant les militants n’arrivent pas à leur fin, puisque depuis le début de leurs actions, le Conseil fédéral n’est pas entré en matière. Les activistes de RCH en demandent peut-être trop ?

Conclusion

D’une manière plus large, toutes les questions relatives à la sauvegarde du climat seront un jour proposées au peuple en votation. Avec ses actions, Renovate Switzerland crispe un électorat qui n’hésitera pas à s’opposer aux futures réformes visant à protéger le climat. Il est même possible que ce type d’actions donne du crédit aux détracteurs de la cause. Ceux-là même qui se sont opposés à la loi sur le CO2 en juin 2021. Telle est la réalité en Suisse, le peuple a toujours le dernier mot.

Renovate Switzerland a fait de son public cible le Conseil fédéral. N’auraient-ils pas fait une erreur de calcul en omettant le poids du peuple dans la balance démocratique suisse ?

Julien Savoy
Cliquez sur la photo pour plus d’articles !

Dans la même thématique, la rédaction vous propose les articles suivants :

Macintosh HD:Users:Yasmine:Desktop:school-strike-4-climate-4057675_960_720.jpg
ÉTAT D’URGENCE CLIMATIQUE ?
– YASMINE STAREIN –

IMG_256
QUAND LES « GREEN BONDS » VOLENT AU SECOURS DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES
– VIVIEN BEKAM KENGNE –

NUCLEAR ENERGY AGAINST THE CLIMATE CHANGE
– PASHA MAMMADOV –