C’était un vendredi après-midi. Le navire HEConomist voguait au gré du vent sur le Léman. Dessus, une douce mélodie de piano se faisait entendre : triolets et croches se mêlaient au bout des doigts du psychologue de l’équipage. De là, 15 autres marins dansaient à l’unisson.

Un premier, le genou à terre, observait les mouettes, les emprisonnant d’un œil averti dans son objectif. C’était l’anthropologue de l’équipage, il voguait vers des terres inconnues pour y découvrir de nouvelles cultures. Non loin de là, une jeune fille s’imprégnait de la beauté du navire et en appréciait l’architecture simple, mais élégante. Une autre personne souriait d’un air paisible en regardant les autres danser, égayant les esprits et réchauffant le pont d’un soleil bolivien, missel à la poitrine et cœur à la main.

Au milieu de la piste, deux matelots se disputaient sur le sens à donner à la chose publique. L’un disait gauche quand l’autre disait droite, s’accordant uniquement sur leur prochaine destination estivale. Riant de cette situation, un flibustier du cœur regardait de sa longue-vue le monde tel un tableau, appréciant la poésie qu’il y trouvait tel un paysage d’Hodler. Regardant dans une autre direction, il découvrit deux marins se disputant juridiquement. Le timonier arguait qu’il fallait mieux suivre la lune tandis que la canonnière préférait le soleil et insistait sur ce point lors d’un ardent plaidoyer.

Un petit colibri tournoyait autour du bateau, appréciant l’été presque autant que décembre, et regardant les passagers et leurs sourires pour y découvrir leurs secrets. Deux moussaillons, un foulard violet au cou et un cœur tourné vers les vertes rives du lac, philosophaient ensemble, prêts à changer le monde. La première retourna à son télégraphe pour communiquer au bateau-comité, tandis que la seconde pourparlait avec un navire péruvien. De son côté, l’aventurier du groupe, voyageur expérimenté, préparait déjà son prochain périple autour du monde, un ballon à ses pieds, prêt à engager la partie.

« Ô Focus, framboise en vue ! » s’exclama la seconde, jeune navigatrice au cœur léger mais à la poigne de fer. Du haut de son pavillon, le capitaine regardait cette flotte amicale, un écrit à la main et un écrin de manuscrits, souriant et pensant « quel bel équipage » !

Envie de rejoindre cette flotte ? Nous recrutons !

L’équipage HEConomist