Révolution russe

La révolution russe : un complot maçonnique ?

Tout au long de l’Histoire, les théories du complot ont été développées pour dénigrer certains événements historiques importants comme les révolutions américaine, française et russe. Dans ce troisième volet sera traitée la révolution russe.

La révolution russe se décompose principalement en deux parties : la révolution de Février qui aura pour conséquence la chute du régime tsariste, et la révolution d’Octobre, qui aboutira a la prise de pouvoir des bolcheviks. Comme d’autres événements historiques importants, de nombreuses théories du complot circulèrent à propos de la révolution russe, et l’une d’elles avance que la révolution de Février serait l’œuvre des francs-maçons. Cette révolution du XXe siècle serait-elle vraiment un complot maçonnique ?

Les francs-maçons : une organisation active dans la politique russe

La franc-maçonnerie est interdite dans l’Empire russe en 1822, mais reprend au début du XXe siècle. C’est à partir de ce moment que les francs-maçons commencent à jouer un rôle significatif dans la vie politique en Russie.

La réimplantation de la franc-maçonnerie est surtout due à Maksim Kovaleski, qui s’est fait aider par la Grande Loge de France pour faire renaître la confrérie en Russie. Très influente dans la vie politique française, ce professeur d’université voulait en effet s’inspirer du système franc-maçon français en vue d’introduire le même modèle en Russie. C’est pourquoi en 1901 il fonde une organisation maçonnique, et très politique, en Russie.

Hormis la loge de Kovaleski, Cosmos, naissent d’autres loges telles que Renaissance et l’Etoile Polaire. Les loges ne recrutent pas beaucoup mais ont des membres appartenant à des catégories sociales influentes. Kovaleski s’engage beaucoup en politique, et mène en parallèle ses activités maçonniques. Les francs-maçons deviennent de plus en plus nombreux ; à la première Douma (Assemblée législative russe), on compte 11 francs-maçons parmi 88 membres. C’est un chiffre modeste mais non-négligeable vu la courte durée de leur existence.

On sait aujourd’hui que les francs-maçons avaient des idées de plus en plus radicales à l’orée de la révolution de Février, et visaient le renversement du tsar. A l’origine, ils défendent plutôt des réformes et un renversement progressif du régime tsariste, mais pas une révolution.

C’est cette forte influence de la franc-maçonnerie dans la vie politique russe et leur désaccord avec le régime tsariste qui a pour conséquence l’émergence de théories complotistes : les francs-maçons auraient-ils eu un tel pouvoir qu’ils auraient réussi à orchestrer une des plus grandes révolutions de l’Histoire ?

Quelle influence dans la révolution de Février ?

Les opinions sur le degré d’influence de la franc-maçonnerie dans la révolution divergent. Certes, les francs-maçons ont bénéficié d’une influence politique considérable, mais celle-ci est interprétée différemment selon les personnes. Pour certains, ils étaient motivés par le service de puissances hostiles à la Russie, avant de finalement laisser la place aux Bolcheviques. Encore une fois, cette idée pourrait provenir des contre-révolutionnaires, afin de rendre cette révolution moins légitime en l’associant avec une société secrète qui a longtemps était mal interprétée.

Selon d’autres, les francs-maçons ont certainement joué un rôle, mais celui-ci n’aurait pas été décisif. Seule l’appartenance à la franc-maçonnerie de certains individus avec des rôles clé dans la révolution établit un lien entre cette confrérie et la révolution, sans plus.

Parmi ces personnages, on compte Alexandre Kérenski, franc-maçon haut gradé ayant dirigé le gouvernement provisoire mis en place après la chute du tsar. D’autres membres de ce gouvernement provisoire comme Terechtchenko, Konovalov et Nekrasov étaient également membres de la confrérie.

Il est difficile de savoir à quel point les francs-maçons ont été influents dans la révolution russe, dû au manque d’information sur certains aspects clés de la révolution. Toutefois, il est presque certain désormais qu’elle n’était pas un complot maçonnique. Au contraire, les francs-maçons soutenaient le renversement du tsar, sans aller jusqu’à une révolution pour la majorité d’entre eux. Il y eut bien des francs-maçons impliqués dans un plan pour kidnapper le tsar et forcer son abdication, mais selon la journaliste Kuskova, beaucoup de francs-maçons se sont opposés à ce plan, et selon Kérenski, certains leaders maçonniques étaient au courant mais ignoraient les détails du plan.

A la lumière de ces informations, il est difficile de parler d’un véritable complot maçonnique pour la révolution de Février.

Révolution russe
Sinan Güven
Cliquez sur la photo pour plus d’articles !

Dans la même thématique, la rédaction vous propose les articles suivants :

Porte De Brandebourg, Place De Potsdam, Nuit, Nuages
LA RÉVOLUTION EUROPÉENNE, PARTIE 1 : LE CAPITALISME FINANCIER EN CRISE
– Sadjan Islam –

Révolution russe
À LA DÉCOUVERTE DE QUELQUES COURANTS HÉTÉRODOXES – TOME 2 : L’ÉCONOMIE DE LA PLANIFICATION, LE CAS DE L’UNION SOVIÉTIQUE
– Jean Loye –

Porte De Brandebourg, Place De Potsdam, Nuit, Nuages
LA RÉVOLUTION EUROPÉENNE, PARTIE 2 : UN ORDRE NOUVEAU
– Sadjan Islam –

Sources et image :

https://www.cairn.info/revue-humanisme-2011-3-page-91.htm

https://www.jstor.org/stable/44581888?seq=1

Image : https://fr.wikipedia.org/wiki/Révolution_de_Février#/media/Fichier:Feb_1917.jpg